Jean-Marie Tétart : « Un bel exemple de coopération locale pour la solidarité internationale »

Vice-président du Conseil général chargé de la coopération décentralisée, Jean-Marie Tétart tire le bilan de la campagne des Microdons lancée avec des associations dans les supermarchés. Actuellement au Sénégal avec l’association ADEFRAMS qui œuvre pour des opérations de santé (cataracte), Jean-Marie Tétart sera de retour en France pour la première édition des Assises yvelinoises de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale, le 25 novembre à Guyancourt.

Le Département organise du 14 au 22 novembre, et pour la première fois, une campagne « Microdons ». En quoi consiste-t-elle ?

La campagne Microdons a pour objectif de collecter des fonds au bénéfice des associations yvelinoises de solidarité internationale avec lesquelles le Département travaille déjà. Le concept nous a été proposé par l’entreprise sociale microDON, fondée par un jeune yvelinois. Il s’agit de permettre aux clients des centres commerciaux de soutenir le projet d’une association, comme la réalisation de puits au Cameroun ou la pose de panneaux solaires au Sénégal, en leur proposant d’acquérir des cartes de don d’un montant modique. Grâce à la carte microDON, il suffit de passer le code barre de la carte à la caisse et de choisir le montant du don, qui est ajouté au ticket de caisse : c’est très simple et très rapide.

Outre la collecte de fonds, la campagne Microdons est donc aussi l’occasion d’une sensibilisation du public yvelinois aux questions de la solidarité internationale, qui met en avant l’engagement concret de nos associations pour améliorer les conditions de vie des populations des pays en développement.

Quel est l’objectif de cette opération ?

Les ressources propres des associations sont constituées des cotisations perçues auprès de leurs membres et du produit des manifestations qu’elles organisent. Grâce à ces ressources propres, elles peuvent ensuite faire levier sur des subventions publiques pour financer leurs projets. Dans le domaine de la solidarité internationale, le Département des Yvelines accompagne les associations yvelinoises par des cofinancements significatifs, mais une part non négligeable du coût des projets reste à la charge des associations. C’est pour les aider à renforcer leurs fonds propres, et ainsi augmenter leurs chances d’accéder à des financements publics dont ceux du Département, que j’ai proposé aux associations yvelinoises de participer à cette campagne Microdons.

C’est en outre très important pour le Département, en tant que partenaire du monde associatif, de mesurer la capacité des associations à se mobiliser pour réunir des financements non publics, ce qui est un gage de crédibilité des associations et de la motivation de leurs adhérents. Lorsque nous examinons un dossier de demande de subvention, nous regardons le niveau des cotisations, du produit des manifestations organisées par l’association, de la vente d’objets… La campagne Microdons est un nouvel outil qui vient compléter la gamme des moyens à disposition des associations pour générer de l’autofinancement.

Quel bilan en tirez-vous ?

Pour cette première édition, sept sites* accueillent des associations yvelinoises. Il faut remercier tous les directeurs des centres commerciaux qui ont accepté de s’associer à la campagne, et qui contribuent au financement de celle-ci. Je dois d’ailleurs préciser que l’intégralité des fonds collectés reviendra aux associations, le Département et les centres commerciaux partenaires prenant à leur charge les frais d’organisation de la campagne.

La campagne a été lancée le samedi 14 novembre et dure jusqu’au dimanche 22 novembre. Lors de la première journée, nous avons constaté l’enthousiasme des associations participantes, qui ont réussi à mobiliser largement leurs adhérents pour présenter leurs projets aux clients. Plusieurs conseillers généraux, de toutes tendances politiques, sont venus les soutenir.

L’association Les enfants de Mission-Tové, qui anime un partenariat au Togo entre les écoles de Gbatopé et le collège Jean-Lurçat d’Achères, a réussi la prouesse de réunir quarante élèves de quatrième pour cette journée. L’association Lumière du Monde a obtenu le concours de l’IUT de Rambouillet pour assurer une présence en nombre. Sur tous les sites, jeunes et moins jeunes, étaient présents en force pour donner la meilleure visibilité à leurs projets. Je crois que les résultats de cette première journée sont très satisfaisants, plusieurs associations ayant atteint près de 1 500 euros de dons. Nous attendons la fin de la campagne pour faire un bilan global, mais je suis certain qu’il sera largement positif. Les clients que nous avons rencontrés étaient pour la plupart séduits par l’initiative, qui leur permettait aussi de faire la connaissance d’une association proche de chez eux.

Au final, il s’agit d’un bel exemple de coopération entre des acteurs très différents, associations, collectivité publique, acteurs économiques locaux, qui montre qu’avec un concept original comme la carte microDON et une volonté commune, il est possible de travailler de manière intelligente et à peu de frais tout en touchant un large public sensible aux projets concrets qui sont présentés.

Source : www.yvelines.fr