En hommage aux enfants de toulouse

Le drame de cette école de Toulouse vaut bien que la campagne électorale s’arrète, le temps du recueuillement, du respect de la douleur des familles. Il vaut bien un moment d’unité nationale, une unanimité oecuménique.  Il exige que toute la France dise son rejet de tels drames.

Je n’ai qu’un espoir: que ce drame soit celui l’oeuvre d’un déséquilibré, d’un malade mental. Je n’ai qu’un espoir, celui que la communauté juive n’ait pas été ciblée, que cette école n’ait été que sur la route d’un fou.

Nous ne pourrions admettre qu’il soit le résultat d’un acte réfléchi dans un but précis.

Aucune cause ne justifie de tuer des enfants, ici comme ailleurs!

Un enfant n’est pas noir, il n’est pas juif, il n’est pas arabe, il n’est pas chrétien, il n’est pas blanc, il n’est pas jaune, …

il est un enfant auquel on ne peut toucher sans perdre son humanité!