Aidons le groupe Krys à rester et prospérer à Bazainville

L’établissement Krys à Bazainville

Le 13 heures de TF1 du 14 avril a fait honneur à notre région en montrant comment une entreprise – le groupe Krys (15% de part du marché de la lunetterie en France avec 1350 magasins (Krys, Vision Plus, Lynx, …) – avait pu relocaliser à Bazainville la partie de sa production de verres de lunettes qui était réalisée à Bangkok et sans que sa compétitivité soit altérée. http://videos.tf1.fr/jt-we/le-13-heures-du-14-avril-2012-7169353.html à la 5ème minute.

La production sur le site de Bazainville est ainsi passée récemment grace à un effort de l’ensemble du personnel existant et à des embauches nouvelles de 1 à 1.250 millions de verres par an. Une vingtaine d’emplois ont été créés. Nous ne pouvons que nous en réjouir !

Mais il se trouve que jeudi dernier, j’étais une nouvelle fois en réunion sur le site avec le directeur du développement de Krys, M. Lallau pour évoquer l’impasse dans laquelle l’attitude de la commune de Bazainville risque de mettre le groupe Krys qui peut encore augmenter sa production sur le site de Bazainville et offrir une trentaine d’emplois supplémentaires

nouveaux. Cela est vital pour ce groupe qui emploie près de 300 personnes sur le site de Bazainville. l’entreprise qui dispose déjà de 12500 m2 d’installation souhaiterait développer 3000 m2 supplémentaires que ne lui autorise pas le POS actuel qui impose un COS de 0.3, valeur tout à fait inadaptée à une zone d’activité.

Pour accompagner cette évolution, la CC Pays Houdanais, qui a la compétence développement économique, a adopté un schéma de rénovation de la zone d’activité du Boeuf Couronné (réorganisation foncière, desserte en très haut débit et vidéo surveillance, réaménagement des flux de poids lourds, etc.), modification du POS pour augmenter le COS et permettre des hauteurs de bâtiments plus adaptées à l’activité économique et enfin l’aménagement paysager de l’ensemble de la zone.  L’ensemble des coûts de cette modernisation de la zone sera à la charge de la CC Pays Houdanais.

Mais tout est bloqué! Une partie de l’équipe municipale de Bazainville appuyé par certaines associations refusent la modification du POS et l’augmentation de COS souhaitée.

L’avenir d’une entreprise de 300 salariés est prise en otage par la crise interne d’une équipe municipale et par quelques personnes qui sont sans doute des inconditionnels du développement économique et de l’emploi à condition que ce soit loin de chez eux !

Il y a urgence à donner aux dirigeants de l’entreprise Krys et à leurs salariés une perspective d’évolution pour ce site.

Il y a aussi dans notre pays  nécessité et urgence à trouver un compromis entre la légitime envie de préserver paysages, nature, tranquillité de la vie quotidienne et l’ardente obligation de garder à notre pays une capacité à fabriquer, à produire, à développer des emplois au plus près des bassins de vie !

Alors, que vous soyez habitants du pays houdanais directement concernés par le maintien d’un développement équilibré de votre territoire ou que vous soyez simplement convaincu que la crise que nous vivons ne peut tolérer de gêner voir interdire le développement d’une entreprise qui relocalise et bénéficiera bientôt du label « Origine France Garantie », dites que vous n’êtes pas d’accord pour qu’on empêche l’emploi et le produire français !

Et retrouvez ce que je disais sur mon blog mars dernier dans l’article « Soyons solidaires de la France ». J’y évoquais les délocalisations en disant que nous les condamnions  « …en les mettant sur le compte de la lourdeur des charges qui pèsent sur l’entreprise, sur l’âpreté au gain des investisseurs, leur mépris du droit au travail ! C’est en partie pertinent, mais ne sommes nous pas individuellement aussi une des causes de ces migrations d’entreprises. Faisons nous tout dans nos villes et villages pour que nos entreprises soient bien, soient prospères, puissent évoluer pour préserver des emplois au plus près de nos lieux de vie ? ».  Je continuais en disant que  « réindustrialiser la France, c’est aussi pouvoir réaménager les nombreuses friches industrielles, développer de nouvelles zones d’activités, pas seulement pour les activités commerciales ou de services, mais pour la création, la transformation, la fabrication, bref pour produire et fabriquer français »

A suivre !