L’agro alimentaire, dans la neuvième, ça compte pas pour du beurre !

Notre territoire de la 9ème circonscription est décidément bien riche d’activités économiques. De Iton Seine à Bonnières à Krys à Bazainville, de EADS aux Mureaux à Renault à Flins, nous bénéficions de toute une diversité d’activités qui vont de la recherche à la production industrielle et aux services. Il faut aussi compter sur les activités liées à l’agro alimentaire. Peu d’habitants savent que notre circonscription compte le dernier abattoir de porcs d’Ile de France installé à Houdan et que la production d’œufs et leur conditionnement est aussi une des activités présentes dans notre territoire et notamment à Gambais.

à la sortie des "pondoirs"

Samedi matin, avec Sophie Primas et Michel Caffin, conseiller régional, nous étions aux cotés de Régis Bizeau, maire de Gambais en visite sur l’exploitation de M. LECOQ qui produit et conditionne chaque année plusieurs millions d’œufs!  C’est le seul établissement de cette importance dans les Yvelines.

Nous avons appris a cette occasion que 14 milliards d’œufs sont produits en France chaque année
et qu’un tiers rejoignait l’industrie alimentaire, un tiers les grandes surfaces et un tiers la vente sur marché, épicerie, etc.

Les établissements de M. LECOQ sont aux normes européennes ce qui a occasionné des investissements très importants pour changer les cages et assurer aux poules l’espace recommandé. Elles pondent ainsi 300 œufs par an dont 270 seront exploitables. Le respect de normes exigeantes de traçabilité, la prise en compte du confort animal, la préoccupation environnementale constante par exemple en séchant les fientes par l’air chaud récupéré dans le bâtiment des poules, la réutilisation de plateaux et palettes de conditionnement sont autant de caractéristiques qui rendent cette exploitation exemplaire.

Cette exploitation qui emploie près une quinzaine de personnes veut s’agrandir pour regrouper les activités d’un autre établissement distant de 7 kms, optimiser la mise en œuvre des normes et du fonctionnement, réunir l’ensemble des personnels et enfin affronter la concurrence européenne qui sera dure lorsque la phase de mise aux normes des cages sera généralisée.

le conditionnement des oeufs

Mais une fois de plus des difficultés tenant aux règles d’urbanisme freinent le processus. La réunion a permis de tracer une possibilité de faire avancer le dossier.

Un industriel de l’agroalimentaire est un industriel comme les autres qui a besoin d’assurances sur la faisabilité de ses projets, sur les délais dans lesquels ils peuvent se réaliser. Il est indispensable que collectivités et industriels dialoguent en permanence pour satisfaire cette exigence.