Le candidat des villes et le candidat des champs

Ils sont faciles à opposer. Les deux favoris de cette élection législative de la 9e circonscription présentent chacun un visage très différent.

D’un côté, Jean-Marie Tetart (UMP), maire de Houdan, commune de moins de 4000 habitants située aux confins des Yvelines et de l’Eure-et-Loir. De l’autre, Mounir Satouri (EELV-PS), conseiller municipal des Mureaux, la plus grosse ville de la circonscription avec plus de 32000 habitants.

Par leurs parcours, par leurs styles et par leur implantation respective, les deux hommes symbolisent la dualité de cette circonscription qui s’étire de Houdan à Bonnières-sur-Seine puis vers Les Mureaux en évitant Mantes-la-Jolie.

Sur les 88 communes qui la composent et qui en font la plus peuplée du département, près des quatre cinquièmes font moins de 2500 habitants. Un monde rural où Jean-Marie Tetart se sent parfaitement à l’aise. Président de la communauté de communes du Pays houdanais, il sait l’importance qu’accordent ces communes rurales à leur cadre de vie et à sa préservation, aux transports et à l’environnement.

Au milieu de cet océan de ruralité, Les Mureaux apparaissent presque comme une anomalie, une grande ville et ses quartiers en rénovation avec leur cortège de difficultés économiques et sociales.

Mounir Satouri connaît très bien ces problématiques, lui qui est conseiller régional et spécialiste de l’insertion sociale et professionnelle.

Depuis le début de la campagne, les deux hommes veulent faire passer leur message auprès de ces deux mondes que tout oppose. Aux habitants des Mureaux qui se sentent mal ou peu représentés (lire ci-dessous), Jean-Marie Tetart assure : « Je veux prendre en compte les problèmes de tous les habitants de la circonscription. Si je suis élu, les habitants des Mureaux verront bien souvent leur député. »

Mounir Satouri affirme pour sa part qu’il saura « être à l’écoute des attentes de toutes les populations : notamment l’emploi et l’éducation dans les zones urbaines mais aussi le dynamisme économique et la préservation du cadre de vie dans les campagnes ».

Qui emportera la décision? Sans doute celui qui saura faire la synthèse entre ces deux univers. A moins que le FN, dont le candidat pourrait bien se maintenir au second tour, ne vienne brouiller les cartes (lire ci-dessus).

Source : www.leparisien.fr