EPFY, quand le bon sens rassemble et l’emporte sur le dogmatisme !

L’Etablissement Public Foncier des Yvelines (EPFY) ne sera pas absorbé par l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France, ainsi en a décidé ce matin la Commission Mixte Paritaire (CMP).

Membres de la commission mixte paritaire

La Commission Mixte Paritaire (CMP) est composée de 7 sénateurs (4 de la majorité sénatoriale et 3 de l’opposition) et de 7 députés (4 de la majorité parlementaire et 3 de l’opposition). J’ai eu la chance de faire partie de ces sept députés et me rendre compte ainsi des conditions dans lesquelles se tranchent les désaccords sur un projet de loi entre Assemblée Nationale et Sénat.

Et dans le cas de cette affaire de l’EPFY des Yvelines, la solidarité politique n’a pas joué. Le bon sens et le réalisme l’ont emporté contre l’envie de certains parlementaires socialistes franciliens qui avaient organisé le hold-up l’autre nuit par simple envie de revanche ou parce que ça n’entrait pas dans leur obsession de tout mettre à la botte de la Région Ile de France !

Par huit voix contre six, la CMP a rejeté l’amendement de disparition de l’EPFY.

Chose rare en CMP, il a fallu presque 45 mn de débat pour conclure mais surtout pour convaincre de l’efficacité de la politique du logement, et particulièrement du logement social dans les Yvelines, qui s’appuie sur l’EPFY et la politique volontariste du Conseil Général des Yvelines.  Sur la même période, 34500 logements dont 40% de logements sociaux étaient lancés dans les Yvelines contre 50000 sur l’Ile de France (hors Yvelines, Hauts de Seine et Val d’Oise).

Une victoire des élus des Yvelines, droite et gauche confondues, qui n’ont pas voulu qu’on les prive d’un outil efficace.

Il faut rester vigilant car le débat sera repris en début 2013 dans le débat sur le projet de loi sur le logement.

Je souhaite que le gouvernement utilise ce délai pour diligenter un rapport pour juger évaluant l’efficacité de l’EPFY et sa contribution à l’urgence sociale en matière de logement social.

C’est sans nul doute l’un des éléments que Alain SCHMITZ  évoquera dans l’entretien qu’il a demandé à Cécile DUFLOT.

Lire le Communiqué de Presse du conseil général