En séance jusqu’à 5 heures du matin. Est-ce raisonnable !

Jeudi, à l’assemblée, nous avons débattu de la proposition de loi sur la « préparation de la transition vers une sobriété énergétique ».
Commencée à 18 h, cette séance s’est achevé à 5 heures du matin avec une interruption de une heure trente pour diner ! Pour ma part, j’ai quitté l’hémicycle à 3 heures et demie, les différents articles  pour lesquels je portais des amendements ayant été étudiés.
A cette heure là, nous n’étions plus qu’une trentaine dans l’hémicycle qui avions participé activement aux travaux de la commission des affaires économiques sur ce sujet.

On peut quand même se demander si c’est bien pertinent de tenir de tels marathons! Pour la santé des députés et du personnel de l’assemblée, sans doute pas, mais pour les finances de l’assemblée non plus.

Imaginez quel peut être le coût d’une telle séance : huissiers, chauffeurs, administrateurs, service de la séance, courrier, buvette, service de reproduction, etc. restent mobilisés en tarif heures de nuit ! Ajoutons-y la consommation d’électricité pour tout ce bâtiment alors qu’on discute d’un texte sur la sobriété énergétique.

Je pense qu’une heure limite devrait être retenue pour les séances de nuit pour rendre le travail plus efficace et faire des économies budgétaires.