La majorité sait-elle encore où elle en est ? L’a-t-elle jamais su ?

assemblee2La députée PS de Paris, Mme Sandrine Mazetier a saisi le Gouvernement pour rebaptiser l’école maternelle. « Changer le nom en « petite école » ou « première école », c’est neutraliser d’une certaine manière la charge affective maternante du mot maternelle ». Elle ajoute « ça rappellerait aussi qu’aujourd’hui, la responsabilité de l’éducation des enfants est partagée entre les parents et n’est pas la spécificité des femmes ».

C’est vrai qu’il n’y a pas plus urgent à faire…

Mais pendant ce temps-là, à l’Assemblée, les députés examinent le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe (qui supprime de fait la notion de « père » et « mère ») et discutent de l’article 2 qui prévoit qu’en cas de désaccord ou d’absence de choix des parents – qu’ils soient ou non de même sexe – les noms de chacun d’eux, accolés dans l’ordre alphabétique, soient donnés à l’enfant. Les députés UMP s’y opposent y voyant « l’effacement du père » puisque, actuellement, dans une telle situation, c’est le seul nom du père qui est donné. Le rapporteur du texte, M Erwann Binet s’indigne et accuse l’UMP de vouloir « l’effacement du nom de la mère » !

Il faudrait savoir….

Et pendant ce temps-là, Goodyear annonce la fermeture de l’usine d’Amiens-Nord menaçant de supprimer 1200 emplois , Petroplus attend un repreneur, PSA devrait fermer l’usine d’Aulnay-sous-Bois, Renault négocie un accord de compétitivité avec les syndicats qui prévoit notamment la suppression de 8 260 emplois en France d’ici à 2016, ainsi qu’un gel des salaires en 2013 , Contralco annonce 76 suppressions de postes en plus, après l’annonce de réduction des effectifs de 310 à 160, le Groupe Belvédère cherche un plan de sauvetage….

Le Président de la République a demandé à n’être jugé que sur une seule chose, l’inversion de la courbe du chômage. Oui, c’est sûr, nous jugerons. En attendant, il n’est sûrement pas nécessaire de s’attaquer aux fondements de notre société, à ses valeurs.