Une catastrophe législative ne chasse pas l’autre !

CESEL’adoption en première lecture par l’Assemblée Nationale du projet de loi sur le « Mariage et l’adoption pour tous » a tenu l’actualité pendant de nombreux jours.

On dit souvent que,  pour  les médias, une catastrophe chasse l’autre ! Il en est de même des projets de loi du gouvernement. Un projet ferait presque oublier l’autre. Même si ils ne se valent pas sur l’échelle de Richter des catastrophes législatives, le projet de loi sur la réforme du mode d’élection des conseillers municipaux et des conseillers départementaux ferait presque oublier celui sur le « Mariage et l’adoption pour tous ». Il n’en est rien. Si la presse est passée à un autre sujet, ce n’est pas le cas d’une grande partie de la population de notre pays. Il suffit pour s’en convaincre de regarder ces cartons soigneusement alignés dans des locaux du Chesnay avant de rejoindre le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Ces cartons contiennent 698000 signatures qui demandent un avis au CESE sur cette question du mariage et de l’adoption pour tous. Ils montrent l’extraordinaire mobilisation et la grande inquiétude d’une majorité de Français.

Oui, la société évolue en France comme ailleurs, oui elle doit évoluer, oui mais pas sans débat impliquant le peuple dans sa globalité. C’est la condition de leur adaptation et de leur acceptabilité. Ces évolutions ne peuvent être décrétées par le gouvernement comme gage de sa reconnaissance à une partie de sa clientèle électorale.

Ces signatures doivent le rappeler au gouvernement !