Lisiers contre envahissement des gens du voyage sur un terrain agricole à Maulette! La tension monte!

épandage de lisier en cours
épandage de lisier en cours

Sur le territoire de la commune de Maulette, une communauté des gens du voyage a occupé sans autorisation un champ non cultivé. Progressivement, l’occupation s’est étendue aux champs voisins qui sont eux cultivés et prêts pour récolte en fin juillet compte tenu du temps.

Il est évident qu’il est déjà difficile d’accepter l’occupation d’un terrain privé (car les champs sont des terrains privés, il faut le rappeler) mais la destruction de futures récoltes ne peut être acceptée.

Le ras le bol du monde agricole s’est concrétisé par la menace d’épandage de lisiers autour du campement et par l’engagement des procédures classiques de mise en demeure d’évacuation par les services préfectoraux. Cette action simultanée mais non concertée a conduit la communauté installée à quitter le terrain dès vendredi.

Toutefois ce matin lundi, le monde agricole autour de son organisation syndicale la FDSEA et les élus du pays houdanais ont tenu à marquer par un rassemblement sur place leur exaspération. Ils ont été rejoints par un entrepreneur voisin qui a du pendant tout ce séjour investir pour renforcer la surveillance de ses installations.

Les agriculteurs mobilisés
Les agriculteurs mobilisés

Le lisier qui était prêt a été épandu sur le champ aussitôt labouré!

Dans les Yvelines, les aires d’accueil temporaires se mettent en place progressivement à l’initiative des intercommunalités avec l’aide de l’Etat et du Conseil Général. Le canton de Houdan n’est pas visé par cette obligation.

Ces aires d’accueil ne répondent pas à des rassemblements de cette taille. Elles ne permettent d’accueillir que 20 à 30 caravanes avec toutes les services nécessaires. Malheureusement, les occupants s’y « installent » et il y a une rotation insuffisante!

Ces aires d’accueil laissent entiers les problèmes posés par les grands rassemblements pour cause de cérémonies religieuses ou de retrouvailles familiales! Ce sont les aires de grand passage qui sont susceptibles d’y répondre. Deux sont prévues mais non réalisées au Nord et au Sud  des Yvelines. Il me semble que c’est l’Etat qui devrait puiser dans ses réserves foncières pour les mettre en place. Il s’agit bien là d’une question qui touche à la solidarité et à l’ordre au niveau national.

La relation avec les gens du voyage peut ne pas être conflictuelle. Ainsi à Houdan, chaque année, la même communauté d’une quarantaine de caravanes est accueillie sur un terrain privé communal sur la base d’une convention fixant la durée et la prise en charge du nettoyage, des fluides, etc.

les élus du pays houdanais solidaires
Les élus du pays houdanais solidaires

Mais en général, elle est conflictuelle et la tension dans notre pays est de plus en plus forte lors d’envahissements non autorisés.

Le rôle des élus locaux est d’abord de temporiser mais ils doivent aussi être solidaires de leurs habitants, de leurs agriculteurs. C’est bien le moins qu’on puisse attendre d’eux!  Mais ils peuvent aussi comme à Houdan prendre régulièrement part à l’accueil d’une communauté mais ils ne peuvent le faire à l’année et régler le problème des grands passages.

Alors il faut que l’Etat prenne en charge la mise à disposition d’aires de grands passages, appuie les Maires et les particuliers lorsqu’ils sont en face de situations d’envahissement, fasse respecter le droit de propriété, mette fin aux occupations illégales.

Sinon les citoyens perdront un peu plus vite encore leur confiance en l’Etat, la République, les collectivités locales qui les sanctionneraient à juste titre quand ils stationnent sans payer, quand il ne respectent pas la couleur d’un mur d’un permis de construire mais laisseraient les gens du voyage libres de leurs agissements même s’ils contreviennent à tous les principes du droit et du respect des autres.

Sinon personne ne pourra éviter qu’exaspération ici, révolte ailleurs conduisent à des comportements à risques.

Nous n’en sommes pas loin et il faut d’urgence donner de signes de temporisation, de prise en compte de ce ras le bol!

Lire l’article paru dans le parisien et la vidéo diffusée sur France 3