Gens du voyage : l’Etat doit mettre à disposition ses terrains pour les grands passages

J’ai interrogé le gouvernement sur la question de l’accueil des gens du voyage. La situation des maires, mais aussi des propriétaires de terres devient intenable ! Partout les incidents et les confrontations se multiplient ! Les habitants de nos villages et de nos villes ont de plus en plus la certitude d’une grande impuissance volontaire ou non de la puissance publique vis-à-vis des agissements des gens du voyage et ces derniers ne comprennent pas que des aires d’accueil et de grands passages ne soient pas encore généralisées !

La loi de juillet 2000 demande de concilier le mode de vie des gens du voyage avec la nécessité du maintien de l’ordre, du respect des biens et des personnes, et du droit de propriété. Avec un peu de retard, les collectivités locales ont déployé un maillage d’aires d’accueil et elles pourront mener à bien leur extension, si l’État ne se désengage pas de leur financement.

Mais les grands passages relèvent d’une solidarité nationale, et je souhaite que l’État prenne en charge la responsabilité de la prévision, de la coordination et de l’accueil des grands passages et des grands rassemblements, en mobilisant notamment les terrains de l’État, comme il veut le faire pour les logements sociaux.

Alors j’ai demandé à Mme DUFLOT si elle entendait mettre des terrains de l’Etat à la disposition des gens du voyage pour leurs grands passages ?

Mais c’est Manuel VALLS, bien énervé comme d’habitude, qui m’a répondu avec un grand classique « Le gouvernement fait preuve d’une grande fermeté et ne tolère…. » mais il ne m’a pas répondu sur la mise à disposition de terrains par l’Etat.

Je reposerai donc la question sous forme écrite et je porterai des amendements dans la nouvelle loi logement que Mme DUFLOT entend nous présenter dans les jours qui viennent !

> Lire le compte-rendu intégral