Faisons d’abord l’état de la France aujourd’hui après un an de présidence Hollande !

Avant la rentrée parlementaire, les socialistes tiennent leurs universités à la Rochelle, les Verts à Marseille. Ils essaient au moins de construire une unité minimale ! Et c’est mission impossible pour eux d’y concilier Valls et Taubira, moins d’impôts mais une fiscalité écolo quand même, la réalité de l’insécurité quotidienne croissante et une volonté de politique pénale bisounours, etc. mais au moins ils font semblant !

Nous à l’UMP, nous n’avons pas d’universités d’été. Nous n’aurons pas non plus les journées parlementaires qui avaient été prévues à Saint Raphael. Nous nous contenterons d’une journée normale dans les locaux de l’assemblée fin septembre! Elles ont été annulées parce que on ne pouvez pas à la fois faire appel à la générosité des militants et donner l’impression de dépenser de l’argent dans des journées dans un week end à Saint Raphael.  C’est quand même oublier que ce sont les députés eux mêmes qui se prennent en charge leur transport et leur séjour dans ce type de rassemblement.

Nous en aurions eu cependant bien besoin de la perspective de vraies journées parlementaires  pour éviter que chacun des candidats à la primaire de 2017 ne joue sa propre partition estivale. Depuis que l’idée de primaires a été avancée, la vie de notre mouvement, la vie de l’opposition parlementaire ne s’organise qu’autour de cela, tout devenant prétexte à se distinguer de ses concurrents par les idées et les ralliements. Alors l’été est l’occasion de rassembler ses fidèles autour de l’ascension de sa Roche de Solutré, de peaufiner son livre programme de la rentrée, …. Et si lors de l’affrontement de la fin d’année dernière, un certain nombre de candidats à la primaire se cachaient encore en soldats solidaires de François Fillon, ils s’en détachent depuis qu’il est parti de manière anticipée en campagne de primaire et sonnant la charge contre tout homme providentiel.

Alors rien d’étonnant si tous les candidats supposés à la primaire sont ceux qui exigent un droit d’inventaire sur les années Sarkozy et sa politique : il faut bien essayer de « dézinguer » l’homme à qui ils affublent  le qualificatif  de « providentiel » alors que les militants et les français de base ne lui trouvent rien d’homme providentiel, cet inconnu qui tombe à point nommé, car ils l’ont tout simplement testé, essayé, jugé.

Ces militants, ces français ne revendiquent pas un droit d’inventaire : ils en ont rien a faire que le bilan Sarkozy soit bon à x ou y %, qu’on aurait pu aller plus vite ou autrement ou plus loin sur tel ou tel domaine. Si ils plébiscitent Nicolas Sarkozy aussi largement, c’est qu’ils se rendent compte au fur et à mesure que les socialistes détricotent ce qu’il avait mis en place, que c’était pertinent, allait dans le bon sens, avait ou allait donné des résultats.

La plupart des prétendants d’aujourd’hui aux primaires UMP étaient Ministres voire Premier Ministre sous la Présidence Sarkozy. Pourquoi n’ont-ils pas alors fait part de leurs doutes sur les politiques menées, pourquoi n’ont-ils pas mis en œuvre alors les idées qu’ils disent aujourd’hui avoir eu alors, pourquoi n’ont-ils donc pas quitté  le gouvernement si ils jugeaient que la direction n’était pas bonne, pourquoi, comme le dit mon collègue Député-Maire de Chartres, Jean Pierre GORGES, étaient ils alors aussi élogieux vis-à-vis de Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui les militants et français de base n’ont pas besoin de ce retour sur le passé, pas plus qu’ils n’ont besoin d’un séminaire sur 2025 : ils ont besoin que l’on fasse un bilan de l’état de la France aujourd’hui sous François Hollande et qu’on leur propose un programme d’actions que l’UMP appuiera si le gouvernement le met en place et que nous nous engageons à engager en 2017 dans le cas contraire.  Ce n’est pas les idées de telle ou telle écurie de primaire mais le projet de l’UMP pour la France.

Durant ce week-end, à défaut de journées parlementaires, je participerai à la rencontre de Génération France à l’invitation de Jean François COPE que j’ai soutenu en tant que candidat pour la Présidence de l’UMP et que je soutiens en tant que Président de l’UMP.

Dans un souci d’apaisement, il a décidé d’accepter ce débat d’inventaire s’il ne sert pas « à réécrire l’histoire » et « ne cherche à faire le procès de personne » ! On verra !

Arrêtons de laisser rythmer et fonder le travail de l’opposition sur les stratégies individuelles  des prétendants aux primaires, faisons le bilan de l’état de la France aujourd’hui, construisons un programme de l’UMP pour la France et pas pour tel ou tel prétendant, gagnons les municipales de 2014 !

Voilà ce que je dirai à Chateaurenard ce week end !