Valorisons mieux le recyclage français !

La société M2R, localisée à Houdan, produit des granulés de caoutchouc issus de rebuts de production de joints de l’industrie automobile française (défaut esthétique, problème de production…). Son produit final, dont la matière est à 100 % traçable, et d’origine 100 % française, lui permet de proposer un revêtement amortissant pour aires de jeux aux qualités uniques et jusqu’à présent dans des coûts compatibles avec une localisation française. Produire alliage de matériaux innovant à partir de matières premières entièrement issues du recyclage, voilà qui mérite d’être salué.

Cette entreprise pourrait devoir changer rapidement sa stratégie, car elle ne peut s’aligner sur le prix d’achat de sa matière première proposée par de nouveaux entrants internationaux. Dans une logique de conquête à perte de marché, des entreprises chinoises proposent à ses fournisseurs des conditions hors de toute logique économique et bien trop avantageuses pour être durables. Ils prennent les rebuts, prennent en charge le transport, les envoient par cargo pour être recyclés en Chine dans des conditions d’hygiène et d’environnement souvent déplorable. Bien sûr les fournisseurs de matière première ne sont pas les seuls à blâmer : comme bien d’autres, ils doivent tirer les coûts vers le bas pour satisfaire le consommateur final…

Il faudrait que les collectivités exigent que le caoutchouc utilisé pour les aires de jeux de nos enfants soit traçable et soit issu d’une filière de recyclage « propre ». Dans ce domaine aussi, achetons français ! Ce serait de surcroit une bien meilleure garantie pour la santé de nos enfants, car nul ne sait quels produits chimiques sont utilisés pour recycler le caoutchouc en Chine… La concurrence oui, mais dans des conditions comparables !