Leçon de positivité au Liban

Maître Nawfal pendant mon hommage a l'occasion de son passage au titre de docteur honoris causa de l'USEK
Maître Nawfal pendant mon hommage a l’occasion de son passage au titre de docteur honoris causa de l’USEK

Maître Nouhad Nawfal est maire de Zouk Mikael au Liban depuis plus de 50 ans. Il est aussi le Président de la fédération des municipalités du Kesrouan qui est le partenaire du Département des Yvelines en coopération décentralisée avec le Liban.

Ce samedi, Nouhad Nawfal, est devenu docteur Honoris Causa de l’USEK (l’Université du Saint Esprit de Kaslik), la plus grande université de l’ordre libanais maronite, avec près de 8000 étudiants.

J’ai eu le plaisir à cette occasion d’apporter l’hommage du Département des Yvelines  à Maître Nawfal qui est aussi le père des textes de loi sur la décentralisation au Liban, décentralisation qui prend d’autant plus d’importance quand l’Etat libanais est paralysé (pas de gouvernement depuis 9 mois) dans un pays soumis à l’afflux des réfugiés syriens, à la lutte sur son sol de tous les belligérants des conflits du Moyen Orient. Dans cette situation, la coopération décentralisée avec des collectivités françaises est encore plus nécessaire pour maintenir des liens, pour être solidaires, pour défendre des valeurs.

Au Liban, on prend une leçon de « positivité » à chaque séjour : quand c’est la crise, quand tout devient plus difficile, se projeter quand même dans l’avenir. C’est ce qu’a souligné le recteur de l’université pour mieux caractériser Nouhad Nawfal en rappelant que « dans les années quatre vingt, alors que la guerre au Liban assombrissait tous les visages, Nouhad Nawfal avait écrit à l’entrée de sa ville « Souris, tu es dans la ville de Zouk ». Pendant que les missiles sifflaient et détruisaient, il construisait et édifiait. En même temps que l’absence d’organisation, voire le chaos, gagnaient nos sociétés, il planifiait et organisait. Il comprenait parfaitement que semer le bien dans la société nécessite une marche vers l’avant chassant catégoriquement toute déception pouvant survenir ? C’est cet esprit positif que salue l’Université du Saint Esprit ».

Cette positivité est aujourd’hui encore au cœur de notre coopération décentralisée : avec des conflits, des guerres civiles à toutes les frontières du pays,  la Fédération du Kesrouan a choisi de développer avec les Yvelines, les sentiers de randonnées, les gites ruraux et la préservation des espaces naturels encore intacts pour poser les bases d’un tourisme domestique aujourd’hui et international demain ! Pourvu que la positivité traverse la Méditerranée pour venir inspirer la France et les Français !