L’aménagement des établissements recevant du public à l’accueil des personnes présentant un handicap : un défi qu’il ne faut plus reporter. Zoom sur les commerces !

réunion commerces et handicap à Tacoignières
réunion commerces et handicap à Tacoignières

Lundi 5 mai dernier, j’ai réuni une cinquantaine de commerçants pour une séance de sensibilisation à l’adaptation de leurs locaux et de leurs équipements aux personnes présentant un handicap quelle qu’en soit la nature et qu’il soit temporaire ou permanent.

L’échéance des obligations, fixées en 2005, se rapproche et inquiète nombre d’entre eux alors que leurs charges, notamment fiscales, sont de plus en plus lourdes et que le pouvoir d’achat de la clientèle s’est réduit.

Je souhaitais présenter les dernières évolutions en termes de délai, de nature des dossiers et faire que nos commerçants ne s’y prennent pas au dernier moment et que l’on comprenne dans quelles dispositions l’administration et la Commission départementale d’accessibilité travaillerait.

Chaque commerçant a conscience humainement parlant et commercialement de la nécessité de prendre en compte le handicap dans son activité sans pour cela remettre en cause l’équilibre de leur exploitation. C’est pour cela que des dérogations sont possibles dès lors que l’on montre son envie de prendre sincèrement en compte le problème et avec l’anticipation nécessaire.

Alors l’échéance de fin 2014 ne sera plus reportée mais ceux qui n’auraient pas encore fait les adaptations attendues à cette date pourront alors s’engager à présenter avant l’été 2015 un « Agenda d’accessibilité programmée » et le mettre en œuvre sur 3 ans ce qui permettra, sur la base d’un engagement réel, d’échelonner les frais.

Des dérogations pourront être accordées par la Commission Départementale d’Accessibilité pour tenir compte d’impossibilité technique ou de coûts non amortissables sur l’exploitation. Mais dans bien des cas, des compromis peuvent être envisagés pour faire au mieux. A chaque commerçant de se procurer imprimés, conseils auprès de leur mairie ou de leurs associations de commerçants et bien sûr auprès de la Direction Départementale des Territoires qui était présente le 5 mai à Tacoignières. Et je souhaite remercier sa représentante, Lydia Trzcinsky pour ses explications claires, détaillées et les réponses qu’elle a bien voulu apporter pour montrer que l’accessibilité n’est pas qu’une question de moyens, mais aussi et surtout une question de volonté !

Beaucoup de questions restent cependant en suspens comme la répartition des charges adaptations entre propriétaire du local et commerçant, possibilité de subventions, etc.
Cela sera pour moi l’occasion de questions écrites ou d’interpellation des Ministres dans les prochains jours.

Le défi n’est pas insurmontable. De nombreuses personnes pensent encore que les commerces qui ne rentreront pas dans les normes strictes d’accessibilité (rampe d’accessibilité, toilettes handicapées …) pour les personnes en fauteuil devront fermer. Heureusement il n’en est rien !

Le principal est que les commerçants réfléchisse au handicap en général (masse corporelle plus importante, personne très grande, personne mal voyante, personnes âgées, personnes avec handicap de mobilité…), et de l’accueillir dans leurs boutiques au mieux de la faisabilité technique et économique de l’adaptation des locaux et des équipements intérieurs.

Ce défi doit être relevé, il est une des conditions de la pérennité des commerces de proximité, qui doivent être à la disposition de tous les habitants d’un quartier. C’est aussi le défi des communes qui doivent adapter leurs espaces publics et leurs équipements. C’est bien regrettable que le Gouvernement les soumette aux nouvelles charges des rythmes scolaires qui auraient pu être affectés à ces aménagements

Ce défi est celui de tous les pays modernes et soucieux de la dignité de chacun de ses habitants. La ville de New York ne vient-elle pas d’instituer une taxe de 30 cents sur chaque course de taxi pour rendre accessibles tous les taxis jaunes à l’accès des personnes handicapées !