Le grand bazar de la réforme territoriale

J’ai voulu partager avec vous la tribune que Pierre BEDIER, Président du Conseil Général des Yvelines, vient de publier dans le Monde. Tout est dit sur l’incohérence de cette suite de réformes ou de projets de réformes lancées depuis deux années par François Hollande pour réorganiser les collectivités locales dans notre pays.

Incohérentes, elles annoncent un jour qu’il faut réformer la taille des cantons et le mode d’élections des conseillers généraux pour annoncer quelques mois après qu’il faut supprimer les Conseils Généraux.

Improvisées, quand elles décident au coin d’une table à l’Elysée en quelques heures et sous la pression des barons amis Présidents de Région tous socialistes la nouvelle carte des Régions et avec quels résultats: les villages euréliens de la Communauté de communes du pays Houdanais feraient désormais partie de la même Région que Brive la Gaillarde et Royan!

Irresponsables, parce qu’elles ne reposent pas sur une étude d’impact des économies attendues et de l’efficacité nouvelle espérée.

Injustes, car elles introduiront des distorsions insupportables entre monde urbain et monde rural.

Inadaptées, car elles rattacheront des villages comme Flacourt, Boinville ou Jumeauville par exemple à une communauté d’agglomération de 300 000 habitants minimum allant de Rosny sur Seine à Conflans.

Anti démocratiques, parce qu’elles éloigneront le citoyen des centres de décisions, parce qu’elles éloigneront les élus des habitants.

Irresponsables, parce qu’on veut mener cela à grande vitesse alors que la réflexion s’impose tant sont nombreuses les conséquences a attendre de tous ces chambardements menés simultanément.

Alors pourquoi un tel gâchis!

Tout simplement parce que face a tous leurs échecs, Francois Hollande et le gouvernement veulent montrer qu’ils sont en mouvement! Mais est-ce qu’on avance quand on fait un pas en arrière et un pas en avant ? Ils veulent montrer qu’ils font des réformes structurelles! Alors, il s’attaquent aux collectivites locales, parce qu’ils n’osent pas s’attaquer au droit du travail, aux retraites, à la fiscalité.
Changer l’organisation de nos collectivités leur semble plus populaire ou certainement plus populiste en surfant sur cette campagne de rejet des élus.

Mais ils savent bien que les Français sont attachés à leurs collectivites locales, à leurs élus locaux. C’est à ce niveau que se captent les vrais besoins des Français, que s’organisent les vraies solidarités.
Ils savent que le référendum sur ces questions est risqué car les Français, facétieux, en profiteront une nouvelle fois pour les sanctionner. Ils savent aussi que la réforme constitutionnelle a peu de chances de réunir la majorité.
Alors, ils veulent vider progressivement les Départements de leurs compétences, mais il n’est pas certain que les Régions aient envie de reprendre les routes départementales ou les collèges.

Bref un nouveau grand bazar qui s’annonce! Et si on prenait plutôt son temps sur cette question pour consacrer toute l’énergie du pays à l’emploi, la reprise économique.

Dans la situation actuelle du pays, les communes, les départements sont encore des amortisseurs de crise au quotidien sur le terrain. Réformons les mais laissons les jouer encore ce rôle!