A l’heure des moissons, la loi d’avenir sur l’agriculture n’est pas gage de bonnes récoltes !

Stéphane LEFOLL - Projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt
Stéphane LEFOLL – Projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt

Ce soir à l’assemblée, débute la seconde lecture du projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt. Elle débute à l’heure des moissons mais elle n’est pas pour autant gage de bonnes récoltes pour nos agriculteurs !

A vrai dire, je ne pense pas que nos agriculteurs réclamaient une nouvelle loi. Ils demandaient par contre plutôt que l’on arrête de les harceler par des contraintes réglementaires et administratives croissantes. Ils demandaient plutôt l’on rétablisse des conditions de concurrence loyale au niveau européen. Ils demandaient enfin que l’on baisse leurs charges comme le réclament les autres filières économiques.

Mais ce projet de loi va dans le sens contraire.

Alors que l’agriculture française n’est plus qu’au 5ème de l’agriculture française dans une trajectoire de l’agroécologie qui répond plus à une dérive idéologique. C’est plus un slogan qu’une approche essayant de combiner exigence de l’économie et écologie, d’organiser une structuration réaliste du secteur, combinant compétitivité, circuits courts et circuits longs, renforcement des filières agro alimentaires. Les agriculteurs ont conscience de l’environnement, des dommages qui peuvent lui être apportés. Ils en ont d’autant plus conscience qu’ils ne peuvent délocaliser leur activité, qu’ils sont attachés à leurs terres durant toute leur vie professionnelle, qu’ils doivent les transmettre en bon état à leurs successeurs, à leurs enfants quelquefois. Les techniques modernes leur permettent aujourd’hui d’ajuster l’usage de l’eau, des produits phytosanitaires, des engrais, d’ajuster pas seulement pour des raisons environnementales mais aussi économiques.

Alors que comme dans bien d’autres professions, nos agriculteurs passent de plus en plus de temps à accomplir des démarches administratives (déclarations, agréments, contrôles), ce projet de loi va l’augmenter encore au fur et à mesure de la parution des décrets que le Gouvernement sera autorisé à prendre comme bon lui semblera comme par exemple les conditions dans lesquelles le Préfet pourra restreindre l’épandage des phytosanitaires en limite des habitations. Quand pourrons nous avoir l’engagement que nous ne rendrons pas plus dures en France l’application des directives européennes qu’elles ne l’exigeaient elles-mêmes et que ne le font les autres pays européens. Doit-on vraiment réglementer la hauteur de l’escabeau pour la cueillette des cerises !

Alors que l’on va complexifier, normaliser, contrôler encore l’agriculture française, la production animale, la transformation agroalimentaire, se préoccupe t’on avec vigueur de la concurrence déloyale développée par les autres pays européens ! Pense t-on que l’agroécologie est le bouclier qui protégera notre agriculture contre cette concurrence. L’agroécologie s’inscrit naturellement dans le temps long, ces concurrences déloyales sont dans le temps court. Dans ces conditions, y aura-t-il encore des agriculteurs pour la mettre en œuvre alors que leur revenus moyens baissent régulièrement, leurs difficultés croissent. Les matériels mis en œuvre, les bâtiments mobilisés peuvent faire illusion. Mais de nombreux agriculteurs sont avant tout locataires de terres, détenteurs de dettes pour leur matériel et les conditions réservées à l’installation progressive des jeunes agriculteurs risquent de les leurrer.

Non les agriculteurs n’avaient pas besoin qu’une nouvelle loi leur dessine leur avenir de cette façon. En Ile de France, il était déjà menacé (disparition des terres agricoles par l’urbanisation, contraintes de circulation, dégradations diverses, difficultés de recrutement, de logement, importance des interfaces zones d’habitation/zones de culture, etc), ce projet de loi le menacera encore plus.

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Pour suivre ma campagne, inscrivez vous et recevez directement par mail toutes mes actualités.

Félicitations vous êtes abonnés !