Le paradoxe de la célébration des débarquements en Normandie et en Provence

photo-hollandeEn cette année 2014, nous vivons un paradoxe étonnant.

En Normandie comme en Provence, nous avons célébré, comme il se doit, le 70ème anniversaire du débarquement des alliés sur les côtes de notre pays, début d’une reconquête qui s’est appuyée aussi sur les forces françaises intérieures qui croyaient encore au destin de la France. Nous avons ainsi célébré le début de ce que serait le redressement économique, diplomatique, militaire, technique, scientifique de la France qui ouvrait la voie aux 30 glorieuses et à un destin de premier plan pour notre pays qui allait retrouver progressivement unité, énergie, capacité de se projeter dans le futur dans un monde qui commençait sa  » mondialisation »!

Paradoxe, parce qu’au moment même où nous célébrons ce nouveau départ pour notre pays, il y a 70 ans, nous ne pouvons que constater qu’il est aujourd´hui en déclin, en danger, qu’il est dans l’impasse parce que deux gouvernements l’y ont conduit par leur politique d’un autre âge, par leurs renoncements, par leur idéologie.

Tous les indicateurs sont au rouge et Francois Hollande et Manuel Valls s’obstinent dans une politique qui condamne notre pays.

Ils pensent encore que le salut viendra, comme dans d’autres temps, du soutien des autres pays, de l’Europe, alors qu’il ne peut venir que de nos forces intérieures, que de notre propre capacité à se réformer profondément, à devenir compétitif pour jouer notre rôle dans un univers mondialisé qu’on le veuille ou non.

 » Tout n’est pas fichu » disait le général De Gaulle avant de s’atteler à la reconquête de la France.

Aujourd´hui non plus, tout n’est pas fichu, mais n’est pas De Gaulle qui veut et surtout pas notre bon président Hollande!
De Gaulle avait démissionné parce qu’il avait perdu un référendum. Hollande a perdu les européennes, les municipales, va perdre le Sénat.

82 à 84 % des Français ne lui font pas confiance pour réduire les déficits, pour relancer la croissance économique, pour lutter contre le chômage. Mais qu’à cela ne tienne, Hollande et Valls en déjeuner à Bregançon réclament simplement un peu plus de temps pour que leur politique  » produisent des résultats »!
Qu’ils assument leur échec maintenant … quand « tout n’est pas encore fichu »!  Alors les Français auront de nouveau le discernement et le courage d’assumer les vraies réformes fiscales et sociales pour sauver leur pays.