Aux larmes citoyens!

charlie hebdoJe suis accablé, atterré par ce massacre à Charlie Hebdo. Triste à en pleurer!

D’abord parce que des hommes ont été massacrés, des hommes de talent qui chérissaient la liberté plus que toute autre chose, la liberté de penser, de dire, de critiquer. Ce n’est pas seulement ces hommes qu’on a tués mais un journal qu’on voulu anéantir, un journal symbole de la liberté de la presse dans notre pays, de la liberté dans toutes ses dimensions.

C’est un mot de notre devise qu’on a tenté de faire disparaître, en le faisant c’est aussi un autre mot qu’on essaie de mettre à mal, celui de la fraternité. En perpétrant leur acte odieux, ces tueurs veulent aussi lever les français les uns contre les autres, les faire vivre dans la défiance, dans la discorde.

Alors, il nous faut réagir en montrant l’unité nationale pas seulement celle des partis politiques, celle des responsables religieux mais celle des Françaises et des Français. Leur avenir, celle de leurs enfants est en jeu.

On doit des funérailles nationales aux dessinateurs, aux journalistes de Charlie Hebdo et à toutes les victimes de cet attentat hautement symbolique. J’appelle à ce que ce soit le cas et que dans tous les villages et villes de France des cérémonies soient organisées ce jour là simultanément, que les Francais et tous ceux qui vivent sur notre sol y participent nombreux, le dernier numéro de Charlie Hebdo à la main.

Oui, il faut rendre hommage à ces fous de liberté qui assuraient aussi la notre tout en se sachant menacés par les fous de l’obscurantisme et de la barbarie.
Mais il faut aussi que Charlie Hebdo vive! Et la communauté nationale toute entière devra l’assurer.

Et puis viendra l’heure de la traque sans concession de tous ces fous qui se réclament de Dieu mais qui ont plutôt fait allégeance au diable. Là encore, la France devra se réunir autour de ses dirigeants, pour amplifier contrôles, enquêtes, surveillance, répression pour les éradiquer de notre pays. Il nous en coûtera certainement paradoxalement des contraintes sur une petite fraction de notre liberté par la surveillance de nos données, nos agissements. mais c’est la condition pour en sauvegarder l’essentiel.

Wolinski, Cabu, Tignous,Charb, et chaque autre victime de cette horreur, merci!
Nous vous pleurons avec force, avec détermination. Reposez en paix! Nos porterons vos combats.