Première participation au conseil d’administration de l’Agence Française de Développement

afdCe matin, ma première participation au conseil d’administration de l’Agence Française de Développement avec au menu le cadre d’intervention 2015-2017 sur la Chine d’une part, et sur la zone Méditerranée et Moyen-Orient.

Débats passionnants sur la base de rapports de très grande qualité.

Des différences de diagnostic et de stratégies bien évidentes entre ces deux contextes.

La Chine qui intervient elle même comme donateur et bailleur de fonds de l’aide internationale et qui vit la contradiction entre une croissance économique importante et une atteinte tout aussi importante à l’environnement, une Chine sans laquelle aucun progrès notable contre le changement climatique ne peut être envisagé.

La Méditerranée-Moyen Orient qui vit de grandes transformations politiques et des instabilités évidentes. L’aide au développement y est vitale pour contribuer à une croissance durable créatrice d’emplois (jeunes, femmes), gérer un capital naturel contraint et lutter contre les dérèglements climatiques et enfin y renforcer la cohésion sociale, une aide au développement indispensable à la paix et la démocratie mais dont la mise en œuvre doit être adaptée aux situations liées à la déstabilisation provoquée par le terrorisme islamique dont la Tunisie est la dernière victime.