La nouvelle voie réservée aux bus et taxis sur l’A1 : une demi-mesure qui ne fait que des mécontents mais une vraie solution pour l’avenir

28-04-2015-P-circulation

Vous savez, que depuis des années, je milite pour le développement de l’usage de liaisons directes par bus pour les transports en commun pour relier des pôles de grande couronne aux pôles d’emploi plus centraux. Quelques combats ont été gagnés comme celui de la ligne directe Bonnières-La Défense.  Mais je milite aussi pour que ces bus soient alors dégagés des problèmes d’embouteillages par accès à l’usage des bandes d’arrêts d’urgence ou de voies dédiées aux heures de pointe. Là encore quelques progrès, puisqu’il est prévu de le réaliser sur A13 entre Orgeval et Rocquencourt ou entre Rocquencourt et Bois d’Arcy.

Et il y a aussi cette expérience concrète et récente entre La Courneuve et le Tunnel de Landry sur l’A1 avec la voie de gauche qui sera réservée aux bus et taxis pour venir de Roissy jusqu’à Paris. C’est une demi-mesure qui ne fera sans doute que des mécontents, les automobilistes et les motards bien évidemment, mais aussi sans doute les taxis et leurs clients qui ne gagneront sans doute que quelques minutes puisqu’ils retomberont dans l’embouteillage après le Stade de France. C’est une emplâtre sur une jambe de bois qui ne porte pas en perspective le réel progrès que peuvent apporter des solutions complètes organisées autour du bus.

Demi-mesure, car le vrai projet à développer c’est effectivement une voie réservée depuis la jonction aéroport Charles de Gaulle/A1 jusqu’à une plateforme multimodale à proximité de la porte de la Chapelle avec jonction taxis, métros, tram et bus parisiens.  Une voie qui serait alors réservée toute la journée dans les deux sens aux bus qui seront alors électriques ou GNV, taxis, véhicules électriques ou gaz.

Cette solution amènerait alors l’augmentation massive des bus entre Roissy et Paris la Chapelle, bus pas seulement pour les passagers aériens mais aussi pour une grande partie des personnels de l’énorme zone d’emploi de Roissy. Elle amènerait alors à Roissy une réduction importante des taxis qui, par centaines, y attendent des heures car les passagers aériens auraient alors recours plus massivement à des bus directs, rapides, sécurisés et confortables. Ces taxis seraient alors reportés sur la plateforme multimodale de la porte de la Chapelle ou amélioreraient la desserte parisienne, intramuros.

Cette proposition est à mettre en comparaison avec la nouvelle liaison ferrée rapide Roissy Paris qui est à l’étude et qui demandera tant d’argent, de procédures contentieuses, d’expropriations sans rien apporter aux territoires qu’elle traversera.

Certes, la solution voie bus qui ne demanderait qu’un ouvrage d’insertion à la jonction A1/aéroport, de la peinture et des caméras pour visualiser la voie et contrôler la voie réservée et enfin une plateforme multimodale à l’entrée de Paris est moins prestigieuse que celle d’une nouvelle voie ferrée rapide comme s’en sont dotées nombre de villes capitales du monde. Mais à la France de montrer l’exemple de solutions plus économes, durables, adaptables et tout aussi efficaces.

Oui la liaison actuelle Roissy Paris est une honte pour la France. Quand les passagers qui viennent découvrir la France, débarquent à Roissy et prennent le RER, le taxi ou le bus, ils découvrent une triste image de la France, embouteillée, sale quand ils ne se font pas attaquer dans le RER ou tout simplement dans leur taxi sous le tunnel de Landry. J’ai quelquefois l’impression qu’on doit maintenant donner aux voyageurs étrangers qui débarquent à Roissy les mêmes conseils que ceux qu’on me donnait jadis quand je débarquais à Caracas où il fallait bien choisir son taxi et où on avait un certain risque de se faire braquer entre aéroport et hôtel !

Les transports sont une des compétences principales de la Région, nul doute qu’ils seront au cœur de la campagne des régionales qui est déjà lancée.