Et si on revenait à la tenue uniforme à l’école !

Je viens de cosigner une proposition de loi proposée et déposée par mon collègue Guillaume LARRIVE qui demande de rétablir le port de la tenue uniforme à l’école. Cela paraitra à certains, complétement rétrograde. Et pourtant à l’heure où on discute de laïcité, d’égalité à l’école, de réforme du collège, de genre, de trop grande différenciation sociale entre les enfants engendrant frustration et envie, cette proposition n’a rien de décalé !

Le vêtement, la tenue sont devenus un marqueur social déterminant et discriminant.

Le port de la tenue uniforme réduit les risques de différenciation sociale des enfants en fonction de l’origine sociale des parents, supprime cette course aux vêtements de marque dernier cri qui fait que tant de parents privilégient pour leurs enfants l’accessoire à l’essentiel, course aux vêtements de marque qui entraine quelquefois les enfants dans des dérives de racket et de violence, qui donne aux enfants des références et des valeurs superficielles, d’exclusion de l’autre. Le port de la tenue uniforme réduit aussi le risque de différenciation de nature religieuse.

La tenue uniforme à l’école serait certainement aussi un facteur d’intégration et de mixage social efficace comme le faisait en son temps le service militaire. Elle devrait inculquer à nos enfants devenus adultes des valeurs un peu plus garantes de tolérance et de bien vivre ensemble.

Rétrograde ? Décalée ? Cette proposition correspond pourtant à une pratique assez courante dans les pays anglo-saxons, pratique presque générale en Asie et en Afrique où je me rends souvent et qui a bien des pratiques qui devraient nous inspirer.

L’avenir de cette proposition de loi est bien sur incertain. Peut-être ne sera-t-elle jamais soumise à l’examen du Parlement pendant cette mandature ! Mais elle permettra d’aborder sous un nouvel angle le renouveau de l’école, la remise en responsabilité des parents, la construction d’adultes plus aptes à se prendre en charge et plus aptes à vivre en société. Nul doute qu’elle rencontrera de toute façon l’opposition des grandes marques de vêtements qui vivent du conditionnement de nos enfants dès le plus jeune âge.

Mais au moment où le gouvernement clame à tue-tête que sa stupide réforme des collèges répond à une volonté d’égalité de chance entre les enfants, il ferait bien de la mettre en œuvre sur des éléments concrets comme la tenue uniforme dès l’école primaire et de s’en tenir aux fondamentaux : savoir lire, compter, écrire en sortant du cycle primaire!