Spatial et aéronautique, une industrie en pleine forme qui doit recruter à l’étranger

En commission des affaires économiques, nous avons reçu Marwan Lahoud, Président délégué d’Airbus, qui a notamment présenté le nouveau dispositif industriel mis en place pour industrialiser la production d’Ariane 6 dans le cadre d’une co-société entre Airbus Defense and Space et Safran. Une très bonne nouvelle qui permettra d’affronter la concurrence en matière de lanceurs et qui sécurise le site des Mureaux même s’il faut rester très vigilant sur la localisation du siège de cette co-société qui a naturellement sa place au Mureaux par sa localisation et l’expérience du site.

J’ai interrogé Marwan Lahoud sur la question de l’impartialité de la nouvelle co-société en matière de lancement de satellites.

Marwan Lahoud a aussi pointé l’inadaptation de notre système de formation professionnelle qui aboutit à une situation paradoxale. Alors que notre industrie spatiale et aéronautique est en pleine forme, elle n’arrive pas à recruter dans des métiers de soudeurs, chaudronniers, fraiseurs, car notre système éducatif et de formation  ne produit pas assez de techniciens pour répondre à la demande

« On a pratiquement 2000 postes dans la profession où on pourrait recruter et c’est dans les métiers de la production que nous avons des besoins mais la filière a été amenée à recruter des personnels tunisiens et polonais pour ses usines en France », a expliqué Marwan Lahoud qui est aussi le président du Gifas.