Le plan de relance autoroute sur l’A13 ne tient pas la route !

Au cours d’un déjeuner à l’invitation de la SANEF (Société des autoroutes du Nord et Est de la France), j’ai découvert le contenu du volet A13 du plan de relance autoroutier qui a fait suite au bras de fer engagé en fin 2014 entre le Gouvernement et les sociétés d’autoroutes.

On allait voir ce qu’on allait voir ! A l’arrivée, un plan de relance autoroutier conclu en avril dernier avec à la clef la création, le temps des travaux envisagés, de 8500 emplois. Un plan autoroutier qui demande aux sociétés d’autoroutes, que Ségolène Royal voulait il y a peu de temps encore renationaliser, de financer 3.5 milliards d’euros qui seront remboursés par les usagers des autoroutes au travers d’un rallongement de l’ordre de deux à trois années des durées des concessions de ces autoroutes !

Quel beau tour de passe-passe ! Mais si c’est bon pour l’emploi, quand on sait où il en est, alors allons-y !

Mais on pourrait cependant attendre que cet argent soit investi à bon escient. Or j’ai découvert que pour l’autoroute A13, les travaux envisagés par la SANEF, et semble-t-il agréés par le Gouvernement, consisteraient en la réalisation d’aires de places de covoiturage, c’est opportun, d’amélioration des aires de repos, on peut donc espérer que les aires d’Epône soient enfin ré-ouvertes ! Mais l’essentiel ira à la mise en 2 fois 2 voies de l’ensemble du parcours de l’A13 !

C’est un gaspillage inacceptable de l’argent des usagers de l’autoroute (puisque ce sont eux qui rembourseront au travers de leur péage) car la mise en 2 fois 2 voies en rase campagne n’est vraiment pas une priorité ni pour la sécurité routière, pour le développement économique des terroirs traversés.

On me dit que ça l’est pour la fluidité des trafics ? Mais, combien d’heures, de jours par an, y-a-t ‘il des embouteillages sur ces sections de rase campagne ? Et gagner un peu de temps les rares jours de bouchon sur ces sections de rase campagne fait-il mieux franchir l’obstacle des interminables files d’attente aux gares de péage ces mêmes jours de pointe ! 

On se moque du monde et je suis scandalisé que Mme Royal, si prompte à réclamer démagogiquement les autoroutes gratuites le dimanche, ait accepté une telle absurdité. Je n’en veux pas à la SANEF, elle fait tourner son business deux années de plus, alimente en partie en travaux ses groupes TP associés et réé des emplois.

J’en veux au Gouvernement d’avoir accepté une telle programmation de travaux alors qu’il y a tellement d’autres priorités sur les autorités existantes concédées qui aurait pu servir aux usagers, aux riverains ou au développement économique local. Mais encore fallait-il organiser une concertation entre l’Etat, les sociétés d’autoroutes et les élus locaux (communauté de communes, communautés d’agglomération). On aurait alors peut-être pu ressortir le dossier du déplacement de la gare de péage de Rosny, créer des bretelles supplémentaires pour diminuer les parcours d’accès, coupler des aires de services avec des zones de développement économique, que sais-je encore, mais en tout cas des choses qui servent réellement habitants et usagers puisque ce sont eux je le répéte qui vont payer. 

Mais une fois encore, ce gouvernement qui a les mots consultation, concertation en permanence à la bouche laisse leur usage à d’autres !