Transports au cœur du malaise de la zone rurale!

ligne67inaugurationLa ligne bus express 67 Houdan Saint Quentin est en service depuis le 4 janvier mais elle a été officiellement inaugurée hier à Houdan avec la présence de Stéphane Beaudet, vice président de la région et vice président du Stif.

Des trajets toutes les heures en semaine qui permettent un véritable service aux usagers et permettent de réduire l’usage de la voiture individuelle.

Cette inauguration permet de mettre en valeur le transport par bus comme solution d’avenir pour le déplacements notamment en zone rurale. Si il est urgent de rénover, sécuriser, moderniser le réseau ferré existant, il n’est pas envisageable d’imaginer que la création de nouvelles infrastructures ferrées puisse être la solution pour les transports et déplacements en zone rurale (coût, procédures, attitude des futurs riverains).

Le bus utilise des infrastructures routières existantes facilement aménageables et si c’était nécessaire, ses itinéraires peuvent être adaptés au développement de nouvelles zones d’habitat ou d’activités économiques. Il est confortable, il est mieux préservé des incivilités et il sera propre en étant électrique. Pour parfaire la situation, il faut rapidement lui affecter des voies dédiées sur les pénétrantes dans les grandes agglomérations.

Cela tombe bien puisque tout cela est compatible avec les engagements de Valérie Pécresse, et notamment son projet 1000 bus, et elle a montré sa volonté de les tenir.

L’augmentation des fréquences des lignes existantes est en cours notamment sur la ligne 60, Rambouillet Mantes, à compter du mois d’août prochain. Elle peut conduire à augmenter les horaires mais aussi amener à supprimer certains horaires ou certains arrêts s’ils n’étaient pas assez fréquentés. Il en va de la recherche de l’optimum coût/service rendu. Cela n’est acceptable si des solutions de substitution plus adaptées sont proposées aux usagers touchés, comme ce pourrait être le cas à Rosay, Vert ou Courgent par exemple. C’est ce que j’ai rappelé aux responsables de Transdev et au vice président de la Région.

ligne67J’ai aussi souligné mon inquiétude vis à vis de la situation future de la zone rurale qui, avec les PLU en révision qui permettront d’accueillir sur nos communes de très nombreux logements sans que les communes soient forcément d’accord pour aussi y accueillir des emplois. Il y a donc de grands risques de transformation de nos zones rurales en zones dortoirs demandant donc de plus d’offre de transport. Il faut donc réduire les programmes de construction de logements si on ne peut en effet créer en même temps des emplois locaux pour les nouveaux actifs. En tout cas, il faudra ne développer les nouveaux logements que si les transports qui vont avec sont anticipés. Là encore je crois que c’est bien aussi la vision du vice président de la Région.

Il faudra bien aussi que les élus locaux de notre zone rurale réfléchissent ensemble à cet équilibre logements/emplois/transports sans lequel notre développement maîtrisé et harmonieux serait menacé.