Le Donjon de Houdan inauguré et prêt à vous accueillir !

Samedi 9 avril, la commune de Houdan a inauguré son donjon vieux de presque 1000 ans après l’avoir rénové totalement en respectant sa réhabilitation archéologique mais en l’adaptant aussi aux fonctionnalités qu’exigeront son exploitation touristique et son utilisation pour des concerts, des expositions. Dans mon discours que vous pourrez lire ci-dessous, j’ai indiqué que cette rénovation est un marqueur fort pour ancrer dans notre paysage ces racines, ces valeurs que nous revendiquons si fort dans cette période, un marqueur aussi pour le tourisme et le loisir en zone rurale.

Avec Gérard Larcher, président du Sénat, de Frédéric Viseur, sous-préfet, de Valérie Pécresse, Président de la Région Ile de France, de Joséphine Kollmannsberger, de Jean-Jacques mansat, Président de la CC Pays Houdanais
Avec Gérard Larcher, président du Sénat, de Frédéric Viseur, sous-préfet, de Valérie Pécresse, Président de la Région Ile de France, de Joséphine Kollmannsberger, de Jean-Jacques mansat, Président de la CC Pays Houdanais

Ce sont aussi ces points qu’ont relevés Gérard Larcher et Valérie Pécresse qui ont honoré cette inauguration suivie par un spectacle Sons et Lumières qui a permis par la voix de Gérard Klein de raconter l’histoire du Donjon.

Discours d’inauguration du Donjon de Houdan

Discours de Jean-Marie TETART, député Maire de Houdan, en présence de Gérard Larcher, président du Sénat, de Frédéric Viseur, sous-préfet, de Valérie Pécresse, Président de la Région Ile de France, de Joséphine Kollmannsberger, de Jean-Jacques mansat, Président de la CC Pays Houdanais

Monsieur le sous-préfet, Cher Gérard, Chère Valérie, Chère Joséphine, Cher Jean Jacques, Chers Collègues et vous tous en vos qualités et rangs respectifs comme on m’a appris à le dire dans mes séjours africains !

Avec le Conseil Municipal et avec la population de notre ville, nous sommes heureux et honorés de vous recevoir aujourd’hui à Houdan et de partager ce moment avec vous, avec les élus du Pays Houdanais, avec les représentants de la promotion du Tourisme en Yvelines et avec tous ceux qui ont contribué à la rénovation de notre donjon et à la préparation de cette nuit du donjon.

Nous en avons rêvé, nous l’avons fait ! Yes, we could !

Depuis près de vingt ans les équipes municipales successives que j’ai eu l’honneur de conduire et les passionnés de notre histoire en rêvaient. Et nous avons su profiter d’un de ces alignements improbables des planètes de subventions pour réaliser notre rêve.

Redonner vie à notre donjon !

Ce donjon est au cœur de notre cité d’origine médiévale.

Il est le symbole de notre ville qui garde encore nettement la marque du Moyen Age avec ce donjon assis sur des sarcophages mérovingiens, ses traces de murs d’enceinte, ses tours de guet, sa rue des fossés, ses vieilles auberges, anciens relais d’étape sur la route de Bretagne.

Au cours du temps, ce donjon a connu différents usages, de la prison au réservoir d’eau pour alimenter notre cité.

Il ne pouvait être question d’envisager une rénovation qui ne soit qu’archéologique sans sauvegarder la trace de ses usages successifs et sans lui donner des fonctionnalités d’usage contemporain. Objets de visite, le donjon rénové sera aussi un lieu de vie que la population pourra se ré approprier

Divers paris ont été relevés pour atteindre ces objectifs

Garder ses graffitis, de la voile normande aux messages des prisonniers en finissant par des cœurs transpercés d’une flèche témoignant d’un amour éternel pour Madeleine ou Gisèle.

Garder la citerne d’eau, ses piliers d’assise en béton, ses canalisations métalliques d’alimentation pour sauvegarder la trace de ses différents usages, pour garder les contrastes entre les différents matériaux et usages successifs, et transformer la citerne en salle de projection.

Emprunter le symbole du beffroi qui permettait jadis d’attaquer les forteresses, en accolant à notre donjon, un escalier beffroi massif d’accès à son entrée d’origine opposant le métal à la pierre.

Profiter de chaque niveau pour y réaliser des espaces qui seront des lieux propices à spectacles, à concert intimiste, aux contes et aux expositions.

Ces paris se sont appuyés sur des choix qui interrogent certains, qui enthousiasment beaucoup, qui choquent d’autres mais des choix assumés et réfléchis qui proposent la rencontre de l’histoire et de la modernité, le mariage d’une réhabilitation scrupuleuse et d’une volonté de modernité et d’adaptation à la valorisation des lieux.

Aujourd’hui, c’est fait et il vous appartient, chers amis et aux nombreux visiteurs que nous espérons d’en juger.

La commune, de 3400 habitants a consacré plus d’une année d’investissement courant à ce projet, soit 800 000 euros, la Région ayant ajouté 166 000 € et le Département 633 000 € et je voudrai à ce moment les en remercier chaleureusement.

Pour en permettre l’entretien, l’exploitation, la visite, notre commune consacrera 10 à 15 000 euros chaque année soit l’équivalent d’une augmentation de 1% de ses impôts locaux.

Alors nous espérons que franciliens, particuliers ou groupes, écoles, comités d’entreprises seront nombreux à venir visiter la cité du Donjon et à consommer dans ses commerces de centre-ville.

Nous espérons qu’ils seront nombreux à découvrir que les Yvelines ce n’est pas seulement Versailles et Rambouillet, mais que sa zone rurale fait partie de l’offre touristique francilienne.

Mais tout cela peut aussi amener des questions que j’ai posées dans le dernier édito de notre journal communal!

A l’heure de la réduction irresponsable des dotations aux communes et des charges nouvelles qu’on leur impose, notre commune n’est-elle pas elle-même irresponsable ?

Rénover et aménager le Donjon, y avoir consacré des moyens importants lors des trois dernières années, après l’avoir fait pour la façade et les vitraux de l’Eglise, et s’apprêter à dédier à sa promotion touristique quelques crédits de fonctionnement, n’est-ce pas déraisonnable ?

Avoir rénové le bâtiment de l’ancienne salle des ventes et la mettre à disposition pour y abriter des expositions d’art contemporain sans cesse renouvelées, n’est-ce pas accablant?

Perpétuer et renouveler notre foire millénaire, la Saint Matthieu, y exposer encore bœufs et volailles comme dans le passé, n’est-ce pas inconséquent?

Faire la Nuit du Donjon avec son et lumière pour inaugurer notre Donjon alors que notre monde va si mal, abattu par tant de violence aveugle et d’inhumanité terroristes détruisant au hasard des hommes et des femmes sur tous les continents, n’est-ce pas inconvenant ?

Consacrer chaque année quatre à cinq milliers d’euros à nos projets au bénéfice de Baïla en Casamance au Sénégal pour aider sa population et particulièrement sa jeunesse à améliorer son accès à l’éducation et aux services de bases, alors qu’il subsiste des problèmes sociaux ici dans notre commune, n’est-ce pas indécent ?

A toutes ces questions, nous répondons non car tout cela incarne, de la manière la plus concrète et la plus visible, notre histoire, nos racines, notre culture que chacun d’entre nous revendique dans cette période où tant d’autres voudraient les détruire frontalement, ou les diluer provisoirement dans une société aseptisée pour mieux les remplacer ensuite par d’autres.

On ne peut s’en revendiquer et ne pas œuvrer pour les transmettre en les inscrivant durablement dans nos paysages, nos consciences et nos actions.

A toutes ces questions, nous répondons non car on ne peut se révolter contre ces hordes qui veulent condamner notre façon de vivre et de penser, notre façon d’être libres en respectant les autres, sans offrir des lieux pour faire connaître, pour faire aimer ou ne pas aimer ce que nos artistes nous proposent au nom de la liberté de penser et de créer que nous revendiquons et que nous voulons sauvegarder.

A toutes ces questions, nous répondons non car il est illusoire de croire que nous garderons nos libertés, nos valeurs si la solidarité avec le reste du monde en est exclue.

Alors l’accès à l’histoire, à la culture et à l’éducation sont bien des priorités de la période que nous vivons, ce sont celles que nous voulons continuer à mettre à disposition des Houdanais, à mettre en en avant même si la réduction des dotations de l’Etat et l’accroissement des charges des communes rendent l’équation budgétaire de plus en plus difficile à résoudre et peuvent amener à différer quelques aménagements ici ou là.

Quelle que soit la route avec laquelle on entre dans Houdan, notre Donjon, notre Eglise et même le bâtiment qui abritait la Boldo, symboles forts de notre histoire et de nos valeurs, s’offrent à la vue et nous invitent à garder ce cap !

Et je souhaite remercier tous ceux qui nous ont permis de réussir cette rénovation, cette nuit du Donjon qui va suivre et la mise à disposition de ce patrimoine dont dès demain le public pourra profiter.

Ces remerciements iront d’abord aux comtes de Montfort, Simon et les autres, qui ont eu la riche idée d’édifier ce donjon qu’elles qu’en soient leurs raisons

Merci à l’équipe municipale, aux services techniques et administratifs.

Merci aux élus et particulièrement à Alain Steiner, architecte qui n’a pas compté son temps pour suivre pas à pas le chantier et nous faire profiter de son expérience et de sa passion.

Merci à Christophe Veille, maire adjoint pour la préparation de cette nuit du Donjon et l’animation du groupe de pilotage.

Merci à M. Oudin et Julia Riché, architectes des Monuments historiques pour nous avoir convaincus de ces choix d’aménagement audacieux et merci à la Drac, M. Triboulot, aux bâtiments de France pour leurs recommandations, leurs exigences, leur rigueur, gages de réussite.

Merci aux entreprises qui honorent le savoir-faire français, entreprises que je vous demande, monsieur le Président de la FFB, Monsieur Cojean, de remercier et de féliciter

Merci à jacques Bazire, président de l’office de tourisme du Pays Houdanais, à son équipe, au groupe de pilotage de l’inauguration pour toutes les recherches historiques, iconographiques pour la préparation des expositions, merci pour leur passion, leur enthousiasme

Merci à Eric Madoulaud et aux membres successifs de l’association du Donjon qui depuis vingt ans font revivre le moyen âge à Houdan et nous ont aiguillonné constamment pour aboutir à cette journée

Merci enfin à tous ceux qui nous permettent aujourd’hui d’offrir cette nuit du donjon. A nos partenaires mécènes, la Sicaely dont je salue le Président JJ Mansat, au Groupe Suez partenaire de la gestion de l’eau houdanaise depuis des années, à Intermarché qui a compris les enjeux d’un équilibre entre grande surface et commerces de proximité

Merci aux Bardes, à notre école de musique, à Aventures et Vous, à Without Name, à la compagnie Opale de Lune et particulièrement à Patrick Brau de Alpha Pyrotechnique que les spectateurs applaudiront après le sons et lumières.

Merci enfin à notre houdanais Gérard Klein qui sera le narrateur de cette soirée

Alors chers amis, l’histoire a confié à Houdan un rôle de bourg centre, elle l’a assumé. Avec un autre vocabulaire, le SDRIF, le Sdadey, les schémas d’intérêt communautaire lui ont confié pour l’avenir le rôle de ville centre réunissant services, logements, activités économiques, équipements culturels, de loisirs.

Avec la Communauté de communes du Pays Houdanais à ses côtés, Houdan l’assumera sera avec disponibilité, volontarisme et enthousiasme.

Je vous remercie,

Jean-Marie TETART

Retrouvez toutes les photos de l’inauguration

Inauguration du donjon de Houdan