Quand la loi pour le travail se transforme en loi pour le chômage!

Je pensais que toute l’énergie de ce gouvernement était de lutter contre le chômage et Dieu sait qu’elle devrait être démesurée vu l’Etat de notre pays!

L’essentiel des employeurs de ce pays, c’est à dire les PME, les TPE, les artisans, les commerçants lui disaient que pour embaucher, ils avaient besoin d’adapter leurs effectifs à l’évolution de leurs carnets de commande. Ils répétaient qu’ils ne pouvaient embaucher de CDI lorsqu’ils n’ont que quelques mois de visibilité de commandes et qu’ils préfèrent alors une activité stable sans progression ou faire appel à l’intérim! Ils répétaient qu’ils ne font pas de licenciements boursiers, qu’ils veulent simplement adapter effectifs et commandes. Ils expliquaient qu’ils ont déjà des CDI pour leur activité constante mais que pour leur activité variable, ils ne le peuvent pas. Ils expliquaient que la quasi totalité d’entre eux ne sont pas des exploiteurs de main d’œuvre, qu’ils sont simplement tenus au réalisme.

Mais tout cela, c’est trop difficile à comprendre par les responsables des syndicats d’étudiants qui n’ont jamais connu le travail et l’entreprise. Alors faire plaisir aux étudiants, le gouvernement va taxer les CDD‬, c’est à dire leur donner encore moins de chances de trouver un premier emploi! Et les PME se tourneront vers l’intérim ou les travailleurs détachés. Alors, la loi El Khomri‬ servira surtout à conforter ceux qui ont déjà un travail et à jeter les autres dans ces emplois aidés qui ne sont rien d’autres, soit dit en passant, que des CDD. Elle posera encore plus de difficultés aux PME pour recruter.

Mais opportunément, pour se réconcilier avec la jeunesse et éviter les dérapages étudiants, le gouvernement débloque 130 millions d’euros pour aider les jeunes diplômés à chercher leur premier emploi. La boucle est bouclée. On marche sur la tête!