L’évêque de Mossoul à l’Assemblée Nationale

Lors de mon déplacement au Kurdistan irakien, j’avais eu l’honneur de rencontrer Mgr Nicodemus Daoud Sheraf, Evêque de l’Eglise Orthodoxe Syriaque de Mossoul. Il avait été le dernier à quitter Mossoul avec ses paroissiens à peine une heure avant l’arrivée de Daesch.

evequemossoul2Il est venu à l’Assemblée nationale rencontrer les membres du groupe parlementaire de défense des Chrétiens d’Orient.

Lors de notre visite à Erbil, il s’était indigné de l’attitude des occidentaux « plus préoccupés par les protection des pandas » que par celle des derniers chrétiens d’orient, des yezidis et des musulmans non salafistes.

Lors de notre rencontre à l’Assemblée, à la question des députés « nous voulons vous entendre, comprendre », il a répondu très directement « cela fait deux ans que vous nous entendez, à notre tour nous voulons vous entendre, savoir ce que la France va faire pour que nous restions au Moyen Orient, notre terre séculaire, pour que nous participions à son futur, à son équilibre » marquant ainsi la désespérance et la crise confiance que le temps installe.

En désespoir de cause sur la volonté de l’Occident de neutraliser Daesch au plus vite, il envisage qu’une zone réservée aux chrétiens dans la région de Ninive sous protection internationale et kurde puisse être créée. Il demande surtout que nous prenions conscience que le temps presse!

A la question de savoir pourquoi les chrétiens de s’arment pas il répond que les chrétiens ne sont pas là pour tuer ou pour permettre qu’on s’entretue mais avoue aussi que des chrétiens ont rejoint les peshmergas kurdes sur les lignes de front.

Il demande que la France et l’Occident arrêtent leurs mauvaises alliances et agissent vite.