Entreprises, emplois, démocratie en danger !

Des grévistes ne se contentent plus d’être grévistes sur leurs lieux de travail, ils bloquent gares, voies ferrées, accès aux entreprises.

Des artisans, des tpe et leurs emplois sont en danger parce qu’un service minimum ne leur est pas assuré.

Des collègues députés socialistes ont vu ces dernières semaines leurs permanences taguées, vandalisées, attaquées, mitraillées! Un ministre reçoit des œufs. Ce ne sont pas mes amis politiques, mais ce sont des collègues que je respecte dans le débat parlementaire, dans leurs convictions, et l’attitude à leur égard est inadmissible.

Notre pays est en danger, victime d’une démarche totalitaire d’une minorité qui veut imposer sa loi au pays par la violence, par la paralysie de son activité, qui veut imposer sa vérité au nom de tous les salariés et de tous les chômeurs qu’il y a longtemps qu’ils ne représentent plus, qu’ils ne consultent plus.

La SNCF, EDF, déjà en situation fragile, sont mises en danger. Nos grandes entreprises privées réfléchissent de plus en plus à leur départ devant ce climat délétère mais aussi devant l’avalanche de nouvelles obligations qui leur sont imposées sans l’être à leurs concurrents étrangers.

Les chefs d’entreprises commencent à réagir, tous ces petits patrons qui sont le premier employeur de la France, qui ne se délocaliseront pas pour échapper dans l’avenir à cette chienlit, qui savent négocier avec leurs employés le quotidien, l’avenir et l’adaptation de leurs entreprises aux changements qu’impose l’évolution du monde.
Ils en ont assez comme de plus en plus de Francais, employés, usagers, familles, de cette dictature, de cette terreur imposées par une minorité à laquelle se joignent des casseurs opportunistes.

Leur exaspération s’accroît, leur révolte pourrait se cristalliser et la situation dans notre pays devenir ingérable après des incidents graves qu’une crise qui se prolonge finirait par provoquer immanquablement.

Des zadistes à la Cgt, la démonstration est faite que le débat démocratique et ses aboutissements naturels sont en danger puisque seules leurs propositions unilatérales sont recevables et sans conditions.

Alors, le gouvernement doit tenir bon car céder serait montrer que notre pays est figé, qu’il ne peut plus évoluer, qu’il ne peut plus y avoir de débats et de changements de notre société.

Or ce qui est en jeu, ce n’est pas l’avenir des responsables de la CGT, ce n’est pas la défense des droits acquis, d’un ordre immuable, c’est l’avenir des millions de chômeurs qui ne dépend que de la capacité de notre pays à changer et à s’adapter aux grandes évolutions du monde.

Et c’est plutôt le traité Tafta, traité de libre échange entre les Etats Unis et l’Europe, qui devrait occuper la France et les Français car il est bien plus lourd de menaces pour l’emploi, pour nos entreprises, pour nos services publics pour notre culture que la modeste loi El Khomri.

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Pour suivre ma campagne, inscrivez vous et recevez directement par mail toutes mes actualités.

Félicitations vous êtes abonnés !