Le souvenir de l’appel du 18 juin a pris cette année une résonance particulière

Le souvenir de l’appel du 18 juin commémoré hier aux monuments aux morts de nos communes a pris cette année une résonance particulière.

Il nous rappelle que dans une période où notre pays, ses valeurs, sa liberté étaient menacés, un homme avait su lancé un appel pour que les français de toutes confessions, de toutes sensibilités politiques, de toutes races, de toutes catégories sociales s’unissent pour résister. Il avait lancé cet appel pour qu’il en soit aussi ainsi au delà de nos frontières.

Et les Français l’avaient rejoint jusqu’à la libération de leur pays, jusqu’à la défaite du fascisme nazi.

Mais c’était un temps où l’on mettait la survie et l’intérêt supérieur de notre pays avant les revendications catégorielles d’un autre temps!

Notre pays n’est il pas encore suffisamment mis en danger par le fascisme de Daesch, par les extrémistes de tous bords et par son manque de compétitivité pour qu’on le comprenne enfin.