Défibrillateur cardiaque : des mesures de bon sens, concrètes, qui peuvent réellement aider à sauver des vies !

Je viens de cosigner une proposition de loi relative au défibrillateur cardiaque déposée par mon collègue Jean-Pierre DECOOL.

Environ cinquante mille personnes, en France, décèdent, chaque année des suites d’une fibrillation cardiaque. Il s’agit d’une « urgence absolue » puisque l’on ne dispose que de quelques minutes pour réagir. À défaut, les fonctions vitales sont gravement altérées et le décès survient.

L’installation de défibrillateurs cardiaques entièrement automatiques sur l’ensemble de notre territoire permet donc d’accroître considérablement les chances de sauver les victimes à condition, bien entendu, que les appareils soient disponibles, facilement accessibles et connus du grand public. Toute personne sans formation particulière est apte à utiliser cet appareil conformément au décret du 4 mai 2007 (n° 2007-705).

L’expérience nord-américaine montre que le taux de survie, en la matière, est directement proportionnel au nombre d’appareils installés. Aux États-Unis, 26 % des personnes victimes de fibrillation, hors domicile, sont sauvées, 3 % à 5 % en France…

Notre retard est donc considérable.

Cette proposition de loi a pour objet de répondre à trois questions nécessitant des réponses urgentes :

  • Le vol ou la dégradation des appareils : en durcissant les peines encourues.
  • L’information du grand public : en prévoyant qu’en complément de la formation au cours de la journée défense et citoyenneté, une sensibilisation à la prévention des risques et aux missions de services de secours ainsi que l’apprentissage des gestes élémentaires de premiers secours est obligatoire et incluse dans les programmes d’enseignement de premier et de second degrés.
  • Le caractère obligatoire de leur installation sur certains sites : lieux de travail avec plus de 50 salariés, équipements commerciaux dont la surface est supérieure à 1 000 mètres carrés, ou encore dans les immeubles collectifs à usage d’habitation et les lieux recevant du public

Il s’agit de mesures de bon sens, concrètes, qui peuvent réellement aider à sauver des vies et j’espère que nous aurons l’occasion d’en débattre et de les adopter.
http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion4015.asp