RENAULT Flins tourne à plein régime

Renault FlinsJ’ai été reçu hier par Olivier TALABARD, directeur du site Renault Flins, pour échanger avec lui sur la situation actuelle du site suite au plan de 2013 qui garantissait à terme activité et emplois en échange d’un certain nombre d’accords d’efforts salariaux.

En fin 2016, les résultats sont là: 3 voitures dont la Nissan Micra et la Zoe sont produites sur le site, 100 millions € ont été investis sur le site et plus de 500 emplois ont été ajoutés pour alimenter les 3 équipes journalières.

La Micra y est produite en 120 à 140000 exemplaires par an tandis que la Zoé l’est à plus de 30000.

Un résultat qui doit beaucoup à la confiance partenariale et à la qualité du dialogue social au sein de l’établissement et qui permettra j’en suis sur au site de Flins de négocier sa part et son rôle dans le prochain plan pluriannuel du groupe Renault qui pourrait conduire en France à 500 millions € et 3000 embauches en CDI.

Il faut donc se réjouir de ces ambitions et de la qualité des équipes qui les servent.

Mais quelques regrets ou constatations partagés. L’investissement énorme dégagé par le groupe a profité au site de Flins mais a échappé à nos industriels français qui ne produisent plus de machines outils, de robots industriels dont le site de Flins a besoin. Il reste difficile de trouver localement de la main d’oeuvre adaptée au besoin de l’entreprise.

Pour y répondre, fidèle à sa tradition, RENAULT développe l’apprentissage et accompagne aussi la mise à niveau « scolaire » de base de ses personnels les moins qualifiés.

Beaucoup d’autres échanges qui me permettent également de nourrir ma position sur fiscalité des entreprises, pénibilité, compétitivité vis à vis des entreprises étrangères.