Après l’identité heureuse, la « rupture heureuse »!

Avec les parlementaires soutiens du deuxième tour
Avec les parlementaires soutiens du deuxième tour

Au premier tour, je n’ai pas voté François Fillon.

Au second tour, avec pratiquement tous les parlementaires qui ont soutenu JF Copé au premier tour, je voterai pour François Fillon, JF Copé ayant rejoint Alain Juppé.

En 2017, l’alternance devra être porteuse de changements rapides sur la base de propositions de réformes documentées, préparées, validées pour redonner un espoir aux Français, pour redonner à notre pays une crédibilité dans le monde, pour garder ses racines et ses valeurs.

C’est aujourd’hui François Fillon qui incarne cette volonté de rupture qui répond à l’attente de la droite.

Dès dimanche soir, on entendait que le débat de la semaine allait être celui des projets: rupture réfléchie et ferme voulue par François Fillon mais accusée d’infaisable par Alain Juppé contre « rupture heureuse » proposée par ce dernier.

Mais la rupture heureuse mais sans doute inefficace n’ayant pas l’air de plaire davantage aux français que l’identité heureuse, Alain Juppé et ses soutiens attaquent François Fillon sur ses idées, sa personnalité, ses convictions personnelles qu’il sait pourtant détacher de ses propositions pour la France.

Tout y passe, François Fillon aurait refusé un poste de Ministre à NKM parce qu’elle était enceinte, une façon d’accréditer le peu de cas que François Fillon ferait des femmes et de leurs droits comme celui à l’avortement, alors qu’il réaffirme constamment que ce droit à l’avortement ne peut être remis en cause. Faudra t’il dans les jours qui viennent, rappeler le peu de cas qu’avait fait Alain Juppé de ses Ministres « juppettes »?

Non ce ne sera pas nécessaire car François Fillon incarne une « détermination tranquille » qui lui permet de respecter son concurrent, de réserver son temps à expliquer son programme entièrement consacré aux deux priorités des Français, l’emploi et la sécurité.

C’est ce qu’il a simplement réaffirmé ce matin en recevant l’ensemble des parlementaires qui le soutiennent pour le deuxième tour.

Alors qu’importe qu’il soit accusé d’être ultra conservateur, ultra libéral, ultra réactionnaire, c’est peut être parce qu’à l’issue du premier tour il est sorti ultra favori.

Quatre jours encore pour le confirmer.