Réunion Commission Nationale de la Coopération Décentralisée

15095504_1764852833780079_2596886458684829253_nJ’ai participé hier matin à la « Commission Nationale de la Coopération Décentralisée » pour commenter l’évolution de la contribution des collectivités territoriales à l’Aide Publique Française au Développement.

En dépit des difficultés budgétaires qu’elles connaissent et de la complexité de la réorganisation territoriale, je considère que le niveau d’engagement des collectivités locales dans l’aide publique au développement se maintient avec par ailleurs un accroissement de la qualité et de l’efficacité des projets portés.

Il est souhaitable que les collectivités locales puissent porter des projets de solidarité qui permettent d’abord à leurs collectivités partenaires d’accroître leurs capacités à organiser le développement local.

15192708_1764852257113470_4847046860887743529_n
François Rebsamen, vice président de la CNCD ET Bertrand Fort, directeur action extérieure des collectivités locales

Il importe que la coopération décentralisée d’une collectivité soit considérée comme une de ses missions, qu’elle donne lieu à débat sur budget, ressources humaines, mode opératoire. C’est une des conditions pour la rendre transparente et développer la sensibilisation et l’adhésion des habitants. L’éducation de la population au développement et à la solidarité internationale est une des priorités que le gouvernement doit renforcer et les collectivités locales doivent jouer un rôle majeur. Des organismes comme Cites Unies France, PSEau doivent être renforcées pour développer du plaidoyer pour l’engagement des collectivités locales, pour faire progresser la mise en oeuvre des lois Oudin Santini. Un accroissement des financements d’accompagnement des projets des collectivités locales doit être envisagé sans omettre de sauvegarder l’accès des plus petites d’entre elles à ces financements.

Enfin il faut envisager à l’instar du département des Yvelines d’organiser la mise en coopération des territoires en rassemblant, dans des structures adaptées, l’ensemble des acteurs capables de s’associer à des projets d’aide au développement, collectivités locales, associations de solidarité, associations de migrants, entreprises, établissements d’enseignement, etc

Voilà quelques unes des remarques que j’ai pu formuler en réaction au rapport sur l’APD 2015.