La vidéosurveillance recherche crédits

En 2015, face à la menace terroriste, le gouvernement encourageait les communes à installer ou compléter leurs dispositifs de vidéo surveillance ou vidéo protection. Sur le terrain, les préfectures relayaient ces encouragements et encourager les communes à mobiliser les financements du Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance (FIPD). De nombreuses communes ont déposé des dossiers aujourd’hui en liste d’attente parce que les crédits 2016 ont été en partie utilisés pour la sécurité de l’Euro 2016, et que le gouvernement ne veut pas abonder les crédits à la hauteur des projets déposés suite à ses encouragements à le faire. Des communes comme Épône ou Houdan sont actuellement en attente sans pouvoir commencer car elles perdraient alors tout droit à subvention.

Ce n’est vraiment pas raisonnable mais ça n’empêche pas le Ministre de service, Jean Marc Todeschini, ministre des anciens combattants, de lire avec cynisme la réponse préparée par les services du Ministre de l’Intérieur.

 

Téléchargez le texte de mon intervention