Rien n’est jamais perdu!

L’éducation est à juste titre considérée comme une base essentielle au développement d’un pays mais aussi à la réussite individuelle et collective.

C’est la voie par laquelle notre devise « liberté, égalité, fraternité » peut trouver une réalité concrète. C’est aussi la voie qui permet la citoyenneté et l’exigence du « bien vivre ensemble » dont on nous rabat les oreilles à longueur de discours sans prendre les moyens de le développer réellement.

Comme les internats d’excellence, comme les écoles de la deuxième chance, les écoles Fondation Espérance banlieues sont une voie qui assume la rupture avec le système d’enseignement qui n’est plus capable d’enseigner les fondamentaux, de faire respecter les enseignants, de forger des citoyens, de faire aimer son pays et cela en dépit de la passion, de l’implication et du savoir faire des enseignants.

Dans les écoles « Espérance Banlieues » hors contrat à effectif réduit, sans obédience confessionnelle, on lève le drapeau français le lundi, on chante la marseillaise, on porte une tenue uniforme. Des écoles dans lesquelles les enseignants déjeunent avec les élèves le midi pour ne pas rompre la continuité d’autorité et d’accompagnement. Des écoles innovantes au cœur des banlieues, des zones dites urbaines sensibles, qui sont choisies spontanément par de nombreux parents de ces zones.

C’est le cas depuis septembre avec le Cours La Boussole, école Espérance Banlieues de Mantes-la-Jolie qui accueille déjà, au cœur du Val Fourré, 32 élèves sur trois niveaux de CP à CM. Un endroit pour apprendre les fondamentaux dans un lieu bienveillant mais exigeant, favorisant l’insertion sociale et la citoyenneté.

Ces écoles ont été lancées par la Fondation Espérance Banlieues créée par Eric Mestrallet. Le cours La Boussole de Mantes a bénéficié de son soutien pour sa création. Il a maintenant besoin qu’on le soutienne pour boucler son budget de première année.

Votre aide, que vous soyez particulier ou entreprise, donnera lieu à déduction fiscale.