La Banque Mondiale à Paris dans les locaux de l’assemblée

Rémy RIOUX, Directeur général de l’AFD

Chaque année, la Banque Mondiale édite un rapport sur le développement dans le monde. Cette année, et pour la première fois, ce rapport n’est pas lancé depuis le siège de la Banque Mondiale mais à Paris depuis l’Assemblée nationale en partenariat avec l’AFD.

J’ai été très heureux de parrainer cet événement et d’y faire une intervention d’introduction.

Cette année, le thème du rapport est particulièrement pertinent. Il analyse la place de « la gouvernance et la loi » dans les politiques de développement.  Il est clair que le choix et la réussite des stratégies et politiques de développement relèvent plus de l’alchimie d’une coalition d’acteurs qui conviennent nationalement ou localement d’un diagnostic partagé, d’objectifs et de méthodes que de politiques plaquées ici parce qu’elles auraient produit des effets ailleurs. Un beau débat.

Intervention d’accueil et d’introduction par Jean-Marie Tétart, député des Yvelines

Intervention d’accueil et d’introduction par Jean-Marie Tétart

Mesdames et Messieurs

Je souhaite la bienvenue à chacune et chacun d ‘entre vous en constatant que la diversité du panel ici réuni permettra des discussions riches. Je voudrais particulièrement saluer M. Rémy Rioux Directeur Général de l’AFD et Monsieur Paul Romer économiste en chef de la banque mondiale pour avoir tenu à présenter et débattre de ce rapport ici à Paris et plus particulièrement dans cette enceinte.

Je voudrais saluer également Monsieur Lopez Calva et Madame Yongmei Zhou pour la qualité de leur travail que j’ai pris plaisir et intérêt à parcourir. Enfin remercier tous ceux qui ont participé à l’organisation de cette conférence en les félicitant d’avoir bravé toutes les contraintes que les exigences de sécurité leur ont imposé et présente mes excuses aux invités qui auraient été dans l’impossibilité de nous rejoindre en raison de ces contraintes.

Débattre d’un rapport sur la gouvernance et la Loi ne pouvait trouver de lieu plus approprié que dans cette assemblée nationale. Dans ce lieu qui élabore la loi et qui travaille très souvent à des lois qui prétendent organiser la gouvernance.

Ce thème choisi pour l’édition 2017 du rapport sur le développement dans le monde est d’une actualité évidente dans la plupart de nos pays. Pas de jours sans que des séquences électorales au sud comme au nord à l’ouest comme à l’est ne viennent révéler une sorte d’échec des gouvernances en place, incapables aux yeux des citoyens d’organiser le développement ou de répondre de manière juste et durable à leurs aspirations.

Ce rapport est donc un appel à ce que les politiques ne s’élaborent passe en vase clos mais qu’au contraire elles prennent en compte les interactions formelles ou informelles entre des groupes d’acteurs aux pouvoirs inégaux ne jouant pas des mêmes instruments.

La Gouvernance peut sans doute se définir comme un espace évolutif de négociation permanente et qui ajuste contraintes et possibilités, objectifs et calendriers, droits et devoirs, rapport des forts aux faibles et cela à tout niveau, national comme local. Les échecs en matière de développement relèvent rarement de difficultés techniques sou économiques mais plutôt de cette incapacité à articuler les acteurs dans une négociation des enjeux, des objectifs, des modes opératoires. La gouvernance est donc un processus et la loi doit s’assurer que toutes les parties prenantes y sont associées et en fixent les règles du jeu.

Tout cela me rappelle les expériences que j’ai pu conduire au Togo et au Bénin il y a quelques années en matière d’accès des populations aux services de base que j’avais alors appelées « quadrilogues » dans lesquels états, autorités locales, opérateurs privés ou publics de services représentants des usagers ou des habitants définissaient ensemble un chemin négocié pour développer de matière différenciée et progressive un accès aux services.

Alors je souhaite succès à vos travaux et à la dissémination des recommandations de votre rapport  et qu’elles soient la base d’un sursaut décisif les politique de développement, d’inclusion sociale et de développement durable.

Je souhaite également qu’ils nous permettent à nous parlementaires d’avoir des éléments pour mieux ajuster nos propositions, en matière de politique d’aide au développement dans notre pays. Nous devons certes en augmenter le niveau mais également la rendre encore plus efficiente.

Je vous remercie.

 

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Pour suivre ma campagne, inscrivez vous et recevez directement par mail toutes mes actualités.

Félicitations vous êtes abonnés !