Épis en berne pour Xavier Beulin

À quelques jours du Salon de l’Agriculture, le monde agricole est en deuil. Ce matin, les hommages affluent pour saluer la mémoire de cet agriculteur devenu un des patrons de l’agro-industrie alimentaire mais aussi et surtout le Président de la Fnsea depuis 2010.

Une période pendant laquelle il fallait un grand patron au syndicalisme agricole pour négocier la réforme de la Pac, assurer la présence du monde agricole à la Cop 21, traverser la crise bovine, la crise des abattoirs, être attentif aux effets des préoccupations de biodiversité, repousser l’écotaxe, développer la recherche et l’innovation, augmenter les exportations, préserver l’agriculture française et ses terroirs dans les grandes négociations Ceta ou Tafta, défendre un niveau de vie aux agriculteurs qui donne envie aux jeunes de choisir de s’y investir.

Xavier Beulin a livré tous les combats sauf un, celui que la mort sans préavis ne lui a pas permis de livrer.

Beaucoup d’hommages ce matin pour l’homme, le passionné, l’engagé.
Les hommages des amis, des alliés sont importants mais ceux des autres le sont peut être encore plus pour juger d’un homme. C’est pourquoi j’ai retenu celui de Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne si souvent opposée à la Fnsea, qui évoque « un énorme choc » et salue le travail d’un homme « extrêmement engagé et particulièrement brillant ».

Laurent Pinatel confie que, bien sûr, tous deux s’étaient « parfois attrapés, du fait de sa vision très libérale. Il défendait sa logique de filière, conquérante à l’export, mais il admettait aussi que l’agriculture française soit diverse et puisse miser sur la qualité en complément des volumes. Nous n’étions pas du même monde, mais il était respectueux, pas du genre à donner des coups bas. »

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Pour suivre ma campagne, inscrivez vous et recevez directement par mail toutes mes actualités.

Félicitations vous êtes abonnés !