Attentat de Londres « low cost but highly symbolic »

Je m’associe à tous les messages de solidarité à nos amis britanniques face à l’attentat d’hier et de soutien à nos lycéens français blessés grièvement.

Quelques jours après l’attentat d’Orly, une nouvelle folie « d’inspiration islamiste » comme l’ont qualifiée avec beaucoup de sobriété les autorités britanniques, opération terroriste low cost menée avec voiture de location et arme blanche bien loin des opérations logistiquement lourdes armées depuis le Moyen Orient.

Mais pour être « low cost », elle n’en est pas moins « highly symbolic » en attaquant le symbole de la démocratie, le Parlement britannique, un an après l’attentat de Bruxelles, démocratie qui est l’ennemi absolu des islamistes radicaux puisque pour eux seule la loi de Dieu peut régir l’organisation de la société!

Généralement conduites par des nationaux, ces opérations low cost sont encore plus choquantes car elles n’amènent pas la méfiance voire la haine vers un ennemi lointain mais contre des voisins, des compatriotes, des communautés!

C’est pourquoi je salue encore la prudence des porte paroles britanniques qui ne veulent pas risquer des stigmatisations intercommunautaires par des déclarations trop rapides sur l’identité du terroriste. Je salue aussi l’esprit responsable des journalistes britanniques, qui n’hésitent jamais à dénoncer, à condamner, mais qui sur ces questions d’attentat et de sécurité nationale sont toujours respectueux des consignes que les services de police leur recommandent, pour ne pas gêner l’enquête, pour ne pas mettre en péril les populations, pour ne pas provoquer les tensions intercommunautaires.

Les Britanniques nous montrent qu’ils font tout pour ne pas « sur réagir », pour priver les terroristes de la réaction disproportionnée qu’ils recherchent. Mais nos amis britanniques seront aussi amenés à réfléchir sur leur modèle d’intégration par la coexistence de communautés!

Cet généralisation du terrorisme low cost commis par des nationaux contre leurs propres pays, contre leurs compatriotes complexifie encore la lutte contre le terrorisme. Elle ne peut faire de la limitation de l’immigration et de la fermeture des frontières l’alpha et l’oméga de la lutte contre le terrorisme.

Le prochain président français n’aura pas le choix: il devra intensifier le renseignement intérieur, la lutte contre les associations cultuelles prêchant la haine, la réforme de la formation des imams, les actions pour l’éducation des jeunes dans les quartiers et leur accès effectif à l’emploi, il devra enfin développer une politique étrangère équilibrée mais sans concession.

Il ne suffit pas comme le Front National de faire de ces questions un fond de commerce pour qu’on soit capable de le traiter, il ne suffit pas non plus qu’on les découvre En Marche pour qu’on les traite effectivement ensuite!

Seuls le programme et l’engagement ferme d’un Président et d’un Gouvernement de la droite et du centre sont ceux qui ont la plus grande crédibilité pour faire de ces questions une priorité effective et une réalité de Gouvernement dans le prochain quinquennat.