Débattre à 11 !

Le débat de la présidentielle à 11, c’est un peu comme la primaire, à faire une fois pour essayer mais à ne pas refaire.

Ce débat donne trop de places aux petits candidats qui n’ont rien à perdre et peuvent se lâcher, tacler, attaquer. Au mieux ils amusent et s’attirent des moments furtifs de sympathie, au pire ils énervent et font regretter le système de parrainage qui fonde pourtant une base démocratique à ces élections!

Ce débat, trop morcelé, empêche aussi les candidats de pouvoir montrer la cohérence globale de leur projet, de pouvoir débattre projet contre projet. Ils sont donc conduits à débattre morceaux de projet contre morceaux de projet!

Mais ce débat a quand permis de voir de toute évidence que la cohérence ne peut exister sans franchise sur les maux de la France, sans réalisme sur le champ des possibles, sans honnêteté sur la faisabilité des propositions.

Et cette cohérence est assurément dans le programme de la droite et du centre porté par François Fillon, programme ambitieux mais réaliste parce que cohérent, chiffré et explicable.

Il se détache des programmes de Mélenchon et Hamon qui s’inspirent encore des grands soirs révolutionnaires où il suffirait dans le monde entier de faire rendre gorge aux banquiers, aux patrons, aux bourgeois et redistribuer pour que tout aille mieux. Il se détache aussi des programmes du Front National qui mettraient la France sous cloche protectionniste, hors de l’Europe, hors du monde et hors du temps et l’enfermeraient dans un repli économique et dans une bulle d’intolérance, de stigmatisation et de xénophobie. Il se détache enfin du programme à la carte que nous propose Macron en fonction des invités du jour ou de ceux qui s’y invitent, alléchés par une éventuelle part du gâteau.