Bilan de Mandat : Mes actions en faveur de l’AGRICULTURE

La « ferme France » est en colère quand des crises ponctuelles, comme les pluies et inondations de cette année, s’ajoutent aux difficultés structurelles qu’elle doit affronter depuis des années. Notre agriculture connait une crise structurelle qui conduit certains agriculteurs à ne pas se verser de salaire, à vivre en surendettement quand d’autres se suicident.  La crise des filières bovine et porcine, celle des abattoirs n’ont été que les manifestations les plus criantes de cette crise.

Evolution de la politique agricole commune, hétérogénéité des normes sociales, fiscales, environnementales, commerciales entre les pays européens, complexité administrative et normative française sont au nombre des causes de cette crise agricole.

Des facteurs locaux s’y ajoutent comme en Ile de France, le prix de foncier, la consommation de l’espace, la difficulté de circulation, le coût du logement, le non-respect des espaces agricoles.  

On ne peut plus se contenter de régler ces  crises par les seules aides de trésorerie, de report ou suppression  de certaines cotisations ou taxes, de renégociation des emprunts en cours, …

L’agriculture française doit permettre à la fois l’exportation directe de produits bruts de qualité, le maintien d’un secteur de transformation agroalimentaire de rang mondial, l’alimentation directe en circuit court des ménages français en produits de grande qualité, la conservation et la transmission d’un patrimoine fertile et préservé dans un environnement de qualité, et enfin et surtout assurer des conditions de vie confortables aux agriculteurs et leurs familles.

La situation demande un plan d’adaptation de l’agriculture qui puisse s’intéresser très vite au sort des agriculteurs en faillite (préretraite, reconversion, …), accompagner les diversifications qui tentent chacun d’entre eux pour qu’elles ne soient pas des voies sans issue, permettre vraiment aux jeunes agriculteurs de pouvoir d’installer et de disposer de terres suffisantes.

Il n’y aurait rien de pire qu’après la désertification médicale, il y ait une désertification agricole. Des terres sans agriculteurs.

A l’AssemblĂ©e…

En tant que député d’un territoire à dominante rurale, il était de mon devoir de porter la voix des agriculteurs et du monde rural. Je suis ainsi intervenu plusieurs fois au cours de mon mandat suite à ce que j’ai pu constater sur le terrain, notamment au cours des débats sur la loi agriculture, alimentation et forêt, ou pour amender la loi sur l’écotaxe.  J’ai eu à cœur d’interroger le Ministre de l’Agriculture à chaque fois que cela a été nécessaire, je pense ici à la question de l’origine des viandes animales vendues par les grandes surfaces, au plan d’avenir sur la filière porcine ou encore aux difficultés rencontrées par la filière « miel », à la spécificité de l’agriculture périurbaine. De même j’ai toujours soutenu les initiatives parlementaires (propositions de loi, amendements etc.) qui pouvaient  être bénéfiques à nos agriculteurs, eux qui font vivre nos territoires et donnent à la France sa richesse incomparable.

La vie parlementaire permet aussi de participer à de nombreux débats comme ceux organisés par les organisations syndicales agricoles ou les Jeunes Agriculteurs ou encore les industries agroalimentaires.

Toutes mes interventions en vidĂ©o sur le thème de l’AGRICULTURE

Sur le terrain

Les raisons d’interventions locales n’ont pas manqué durant ces cinq années. Il était évident pour moi de manifester mon soutien au monde agricole que ce soit Place de la République à Paris  lors de manifestations nationales ou au cours de mobilisations locales. Mobilisation pour défendre les terres agricoles cultivées envahies par les gens du voyage, mobilisation pour faire barrage au projet de grande surface commerciale à Méré. Mais l’attention au monde agricole c’est aussi de provoquer les concertations locales qui permettent de prendre compte la circulation agricole sur nos routes, ou d’encourager les circuits courts. Mais la défense de l’agriculture au niveau local passe aussi par l’Assemblée comme lorsque j’ai interrogé le Ministre sur la pertinence même du projet de LNPN qui sacrifierait les terres agricoles du plateau de Bréval.

Plus d’articles sur l’AGRICULTURE

 

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Législatives 2017 pour la 9ème circonscription des Yvelines

Pour suivre ma campagne, inscrivez vous et recevez directement par mail toutes mes actualités.

Félicitations vous êtes abonnés !