Bilan de Mandat : Rapport de mes activités à l’ASSEMBLEE

« Tout au long de ces cinq années de mandat, j’ai eu à cœur de défendre nos territoires dans l’hémicycle. A chaque fois que je l’ai pu, j’ai apporté dans les débats mon expérience d’élu, ma connaissance du terrain et les compétences acquises au cours de ma carrière professionnelle. C’est aussi et surtout grâce aux remontées du terrain, en étant à l’écoute de chacun et chacune des habitants de la circonscription que j’ai pu proposer des solutions concrètes, de bon sens pour essayer de résoudre les problèmes que nous rencontrons tous au quotidien. »

Quand on termine un mandat de député, il est d’usage de faire mention de son engagement en termes statistiques de présence, de nombre et de type d’interventions, … il y a même des sites qui relèvent les mots que vous prononcez le plus !

Cela ne reflète pas l’activité réelle et il y a même des collègues qui veulent gonfler les compteurs en multipliant le dépôt de questions écrites, d’amendements, de propositions de loi insignifiantes et inutiles qui encombrent les services de l’Assemblée et des ministères.

Mais par souci de transparence sur mon mandat et pour vous remercier de votre confiance, je céderai quand même à l’usage de ces statistiques en vous donnant le décompte de mes interventions et missions diverses :

J’ai aussi eu la chance d’être désigné par mon groupe comme orateur pour la discussion de différentes lois : loi sur la mobilisation du foncier privé, loi ALUR, loi sur la politique de la ville, loi sur le devoir de vigilance des sociétés-mère et d’avoir participé aux commissions mixtes paritaires qui les ont suivies.

Mais le travail effectué doit aussi rendre compte de l’engagement dans différentes commissions, au delà de celle des affaires économiques qui était ma commission de rattachement :

J’ai aussi été membre de plusieurs commissions spéciales :

Durant tous ces mois, elles organisent des auditions, élaborent des rapports et participent aux discussions de lois concernées par le sujet traité. Cela participe à une autre partie essentielle du travail de député, celle du contrôle et de l’évaluation de l’application des lois et de l’action du Gouvernement, qui malheureusement n’est pas suffisamment mise en avant.

Mais le travail parlementaire c’est aussi la représentation du Parlement dans différentes instances.

C’est dans ce cadre que je suis devenu administrateur de l’AFD (Agence Française de Développement) et de Expertise France.

C’est aussi l’investissement dans différentes structures plus informelles comme le Groupe d’Etudes Parlementaires Coopération et Aide au Développement que je préside, ou le Club des Parlementaires pour l’Espace qui veille au maintien de la place de la France dans le domaine spatial.

Tout ce travail n’a été possible que par celui de mes attachés parlementaires à l’assemblée, Céline Chamois à laquelle a succédé Arthur Arlaud.

 

Tous mes articles sur mes activités à l’Assemblée