Je me battrai pour une France qui… prête enfin au handicap la place qu’il exige

dans les politiques publiques, en envisageant toute la gamme des mesures nécessaires, de l’accessibilité pour des déplacements autonomes à l’adaptation des postes de travail, et l’ajustement des allocations. Et pour les handicaps lourds comme certaines formes d’autisme, il faudra dégager sur notre sol la capacité d’hébergement et de prise en charge, développer l’aide aux aidants, prendre en compte tous les besoins de ces personnes « autrement capables » et qui ont donc aussi a des talents à valoriser et des besoins à comprendre et satisfaire.